Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manuel Valls ouvre la voie à une réforme du Code du travail

dimanche 30 août 2015 à 15:53 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Manuel Valls a appelé dimanche en clôture de l'université d'été du PS à La Rochelle à "revoir en profondeur la manière même de concevoir notre réglementation" en matière de droit du travail, sujet de controverse à gauche. Le Premier ministre a défendu le fait de donner "plus de latitude" aux employeurs et aux salariés "pour décider eux-mêmes".

Le Premier ministre Manuel Valls
Le Premier ministre Manuel Valls © Maxppp

Il a mouillé la chemise. Le Premier ministre, vite en nage, s'est efforcé pendant plus d'une heure de défendre le bilan du gouvernement, à trois mois des régionales, la dernière échéance électorale du quinquennat. 

Le débat sur les 35 heures est "clos"

Rejetant tout "zigzag" sur sa politique économique, il a fait un pas de plus vers une réforme des règles du droit du travail français. Sans grande surprise, le Premier ministre a de nouveau fermé la porte à un changement de cap économique, réclamé depuis des mois par l'aile gauche des "frondeurs du PS". 

Sur la durée légale du travail, le débat réveillé par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron cette semaine sur les 35 heures est bien "clos". "Il n'est pas question de revenir sur la durée légale du temps de travail", a assuré Manuel Valls, suscitant les applaudissements de la salle. 

Mais l'ambition du Premier ministre est intacte de "revoir en profondeur la manière même de concevoir notre réglementation" en matière de droit du travail, ce qui a suscité quelques huées dans les applaudissements socialistes. Il a défendu notamment le fait de donner "plus de latitude" aux employeurs et aux salariés "pour décider eux-mêmes". 

Appel à l'union avec les écologistes

A trois mois des régionales où la gauche, une nouvelle fois divisée et faible dans les sondages, devrait perdre la majeure partie des nouvelles 13 régions, le Premier ministre a lancé un nouvel appel à l'unité avec les écologistes dès le premier tour "partout en France". 

Au cours du week-end rochelais, les divisions socialistes auront d'ailleurs été en grande partie masquées par la crise chez les écologistes. A l'exception d'un dîner la veille au soir, où des jeunes socialistes ont  conspué Emmanuel Macron et chahuté Manuel Valls. "A droite, dans des congrès de supporteurs, on siffle les dirigeants. A gauche, parce que ce sont des militants, on se respecte, on débat, on ne se siffle jamais", a réagi dimanche le Premier ministre.