Économie – Social

Manufrance s'apprête à lancer un nouveau site internet et s'intéresse de plus en plus au design

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 30 octobre 2016 à 16:44

Carole Tavitian, directrice de Manufrance, au milieu du stock de produits vendus sur le site internet de l'entreprise.
Carole Tavitian, directrice de Manufrance, au milieu du stock de produits vendus sur le site internet de l'entreprise. © Radio France - Emeline Rochedy

Refonte du site internet, promotion active du made in France, doublement des commandes et des partenariats avec des designers : ce sont les projets de Carole Tavitian, la fille de celui qui a racheté la marque à la fin des années 1980, après la liquidation de l'emblématique entreprise stéphanoise.

Quand elle parle de Jacques Tavitian, son père, mort en mars dernier, et surtout de son attachement à Manufrance, ses yeux s'embrument légèrement. Et quand elle parle de ses projets, ils pétillent : Carole Tavitian a pris les rênes de l'entreprise et ne manque pas d'idées pour donner un nouvel élan à la marque que son père a rachetée aux enchères en 1988, trois ans après la liquidation judiciaire de Manufrance, célèbre pour ses catalogues. "Il ne voulait pas que Manufrance quitte Saint-Étienne, il n'aurait pas supporté (...) des Japonais étaient aussi en lice", raconte celle qui avait alors neuf ans.

Objectif : séduire le père Noël avec le made in France et doubler les commandes

Elle planche sur la refonte du site internet, qui fait office d'unique point de vente depuis la fermeture du magasin rue de Lodi. Dans le courant du mois de novembre, le portail fera la part encore plus belle aux produits fabriqués dans l'Hexagone en expliquant les savoir-faire et leur histoire, produit par produit. "Mettre l'accent sur les produits manufacturés en France pour que le client comprenne bien qu'il achète de l'emploi en France", insiste Carole Tavitian. À court terme, Manufrance compte sur les fêtes de fin d'année et les pieds de sapin à garnir. Avec un objectif clair ensuite : doubler les commandes, sachant qu'aujourd'hui une trentaine de colis sont expédiés chaque jour de la rue de Lodi et 1 500 visites enregistrées sur l'actuel site internet.

Et forcément dans le Saint-Étienne du XXIe siècle, la jeune femme pense design : "L'ADN de Manufrance c'était aussi d'innover, de créer du produit, alors c'est logique", explique Carole Tavitian. La dirigeante dit être en contact avec "deux, trois designers", avoir plusieurs idées de produits en tête et des sous-traitants prêts à fabriquer.

Aujourd'hui Manufrance travaille avec une cinquantaine de sous-traitants, loin des 2 800 fournisseurs de la grande époque. L'entreprise compte six salariés et affiche un chiffre d'affaires de 500 000 euros.

Le siège de Manufrance, là où le repreneur avait ouvert un magasin, rue de Lodi, près de la place Jean-Jaurès à Saint-Étienne. - Radio France
Le siège de Manufrance, là où le repreneur avait ouvert un magasin, rue de Lodi, près de la place Jean-Jaurès à Saint-Étienne. © Radio France - Emeline Rochedy

Partager sur :