Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marché de l'emploi : "énormément d'entreprises embauchent en Côte-d'Or"

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Après plus d'un an de crise sanitaire, économique et sociale, le marché de l'emploi résiste plutôt bien dans la métropole dijonnaise. Il y a actuellement 38.600 offres d'emplois dans l'agglomération, une baisse de 8% "seulement".

Patrick Vanoli est expert du marché de l'emploi pour l'agence Randstad
Patrick Vanoli est expert du marché de l'emploi pour l'agence Randstad © Radio France - Arnaud Racapé

D'après une étude menée par des employeurs dijonnais, on est en train de retrouver un dynamisme économique comparable à celui d'avant la crise à Dijon et en Côte-d'Or. De nombreuses sociétés cherchent à embaucher, sans d'ailleurs trouver les bons candidats.

"Il y a énormément d'entreprises qui embauchent en Côte-d'Or", confirme Patrick Vanoli, expert du marché du travail chez Randstad, "qui ont du mal à recruter, et qui doivent adapter leur démarche de recrutement en fonction du métier, parce que le marché de l'emploi est complexe." Ce n'est pas un problème de formation, dit-il, mais "essentiellement un lien entre les compétences attendues par l'entreprise et les compétences des candidats." 

Diversité des offres, et des profils recherchés

Dans l'agglomération dijonnaise, il y a eu quasiment autant d'embauches en 2020 qu'en 2019. Une performance remarquable, qui tient à la particularité du bassin d'emplois dijonnais, où sont concentrés les deux tiers des offres d'emplois : 

"c'est sa diversité de domaines d'activités. Il n'y a pas de gros domaine qui porte le marché au contraire on y trouve des offres dans le tertiaire (commerciaux, comptabilité), l'industrie, la logistique, l'informatique, la construction : ça permet de compenser les pertes dans d'autres secteurs."

Une diversité qui se retrouve aussi dans les profils recherchés, à la fois peu et très qualifiés. Il y a du boulot pour tout le monde, et pas de panique pour la suite, "le marché va continuer à progresser, car les besoins vont continuer", anticipe Patrick Vanoli. "Il faudra être vigilants, bien sûr, mais il n'y a aura pas d'inquiétudes à avoir."

Des embauches, mais pas toujours visibles sur Pôle Emploi

Particularité de cette période de Covid-19, une bonne partie de ces embauches se font sans annonces, par le bouche à oreille. "C'est ce qu'on appelle le marché invisible, ça veut dire pas d'annonce publiée, mais une embauche. Et ce n'est pas forcément que du bouche à oreille, ça peut être de la cooptation au sein de l'entreprise, ou encore une embauche à l'issue d'un contrat court." 

Un conseil donc, ne pas hésiter à la jouer au culot, à frapper aux portes avec un CV ! Un dernier mot du marché du travail temporaire, l'intérim : "c'est une variable d'ajustement, en période de crise il est en première ligne", concède Patrick Vanoli. "Au premier confinement, c'était moins 60%, mais on termine l'année à -5%, et dans les six prochains mois on va retrouver une cadence similaire à celle de 2019."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess