Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marche de la colère des policiers : "nous sommes décriés, malmenés, outragés à tout bout de champ"

-
Par , France Bleu Poitou

Les policiers dans la rue ce mercredi à Paris pour une "marche de la colère". Une trentaine de policiers niortais ont prévu de faire le déplacement. Parmi eux Pascal Valès délégué local du syndicat Unité SGP police Force ouvrière.

Pascal Valès, délégué local Unité SGP Police Force Ouvrière à Niort et David Desroches, secrétaire départemental du syndicatt et vont à la "marche de la colère" à Paris ce mercredi
Pascal Valès, délégué local Unité SGP Police Force Ouvrière à Niort et David Desroches, secrétaire départemental du syndicatt et vont à la "marche de la colère" à Paris ce mercredi © Radio France - Noémie Guillotin

Les policiers en ont ras-le-bol et veulent le dire. Une "marche de la colère" est organisée ce mercredi à Paris à l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de 20 ans. Le cortège partira à 12h30 de la place de la Bastille, direction la place de la République. Une mobilisation sur fond de malaise de l'institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites.

Une trentaine de policiers du commissariat de Niort ont prévu de faire le déplacement. "Depuis un an et le début des manifestations des gilets jaunes nous sommes mangés à toutes les sauces au niveau des missions. Nous sommes aussi décriés, malmenés, outragés à tout bout de champ", déplore Pascal Valès, délégué local du syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière. Il évoque aussi les suicides, de plus en plus nombreux. "Une cinquantaine en France depuis le début de l'année. Outre le ras-le-bol, il y a le défaitisme".

Besoin de plus de policiers

Le policier niortais ne veut pas "des saupoudrages de 'primettes' ou des promesses d'avancement. Il nous faut ce que j'appelle les gamelles et les bidons c'est-à-dire ce qui nous permet de vivre au quotidien". Pascal Valès demande "des locaux décents, des moyens humains. Et pas des effets de manche en disant on va en recruter tant et au final on en a un ou deux. Ça ne pallie pas aux cinq qui sont partis à la retraite". Pour le syndicaliste, il manque à Niort une vingtaine de policiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess