Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Marée populaire" : entre 1400 et 2000 manifestants à Tours

samedi 26 mai 2018 à 19:18 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Entre 1400 et 2000 personnes ont manifesté ce samedi après-midi dans les rues de Tours, pour la "Marée populaire", à l'appel de plusieurs partis, mouvements, et syndicats, pour dénoncer la politique du président de la République Emmanuel Macron.

Entre 1400 et 2000 personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Tours.
Entre 1400 et 2000 personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Tours. © Radio France - Simon Soubieux

Tours, France

Comme dans toutes les grandes villes françaises, la "Marée populaire", à l'appel notamment de la France Insoumise et de la CGT, avait lieu ce samedi après-midi à Tours. Selon la police, le cortège tourangeau a réuni 1400 manifestants. Selon certains organisateurs, les manifestants étaient 2000.  

SNCF, hôpital, éducation... 

La manifestation est partie à 15h15 de la place de la liberté pour rejoindre comme d'habitude la place Jean Jaures, puis la place Anatole France. 

Cheminots en tête, elle réunissait une soixantaine de syndicats, partis politique et associations, pour défendre les services publics. "Je pense que le gouvernement doit entendre la colère du peuple. Et arrêter cette politique qui donne tout aux riches, et qui casse les services publics : hôpitaux, transports, écoles.", commence Sébastien, de la France Insoumise. 

"On tiendra autant de temps qu'il le faut" Olivier, cheminot à Saint-Pierre-des-Corps 

Olivier, lui, est cheminot à Saint-Pierre-des-Corps, encarté CGT. Après deux mois de grèves, il commence à sentir les effets néfastes sur son salaire : "Depuis le début, ça fait 22 jours de grève, donc je n'ai pas besoin de vous faire un dessin. Mais on tiendra. Pour que ça s'arrête, il faudrait que le gouvernement comprenne qu'on veut une réforme, mais pas celle qu'il nous propose !