Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Mariage à trois transfrontalier : l'exemple Bihartean

mercredi 12 septembre 2018 à 17:44 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

Bihartean se développe. Ce réseau lancé il y a 8 ans appuie le développement des entreprises des deux cotés de la frontière, entre le Pays Basque français, le Guipuzkoa et la Navarre.

-

Pays Basque, France

C'est un réseau qui ne cesse de grandir. "Pour mieux coller à la réalité du terrain" précise le président de la chambre de commerce de Bayonne. André Garreta est aussi le co-président de Bihartean. Cet outil lancé il y a huit ans réunit désormais les chambres de commerce du Pays Basque français, la province du Guipuzkoa et celle de Navarre.

De gauche à droite, Beñat Jaureguy, Olga Irastorza et André Garreta - Radio France
De gauche à droite, Beñat Jaureguy, Olga Irastorza et André Garreta © Radio France - Jacques Pons

En français, "Bihartean" signifie "entre les deux". Bihartean s’était d'abord construit sur un axe Bayonne/Saint Sébastien. Finalement, l'an dernier, Pampelune s'est ajouté. Car la structure est utile pour mieux appréhender cette réalité du terrain dont parle le président de la chambre de commerce de Bayonne. Une réalité qui va bien au delà des limites administratives "dépassées" selon André Garreta. Pour lui : "le transfrontalier nous fait vivre l’Europe au quotidien".

La compétence territoriale de Bihartean couvre les trois territoires, Iparalde (pays basque Français), Guipuzkoa et Navarre. Il est un acteur de l'Eurorégion "Nouvelle Aquitaine, Euskadi, Navarre". A elle seule, cette zone est plus grande que le Portugal. Sur ses 8 700 000 habitants plus de 3 955 000 travaillent. C'est plus que l'Autriche !

1100 entreprises aidées en huit ans

En huit ans, Bihartean a accompagné 1100 entreprises des deux cotés de la frontière franco-espagnole. Depuis le début de l'année, la directrice de Bihartean constate que 62 entreprises ont fait appel à ses services. Pour Olga Irastorza "depuis l'an dernier, la part des entreprises navarraises est de 15%".

La directrice de Bihartean, Olga Irastorza - Radio France
La directrice de Bihartean, Olga Irastorza © Radio France - Jacques Pons

Les tâches de Bihartean ? 

  • assurer le contact entre les entreprises des deux cotés de la frontière
  • donner des conseils "d'ordre legislatifs, les différences de normes entre les provinces, les labels
  • Accompagner les entreprises vers des "clusters" et des programmes européens.

"Il n'y a pas de secret, il faut aller sur le terrain" explique Beñat Jaureguy, conseiller à la CCI de Bayonne et responsable de Competitiv'Eko (qui réunit près de 200 entreprises du Pays Basque français, d'Euskadi et de Navarre). Ce chef de projet travaille étroitement avec Bihartean.

Beñat Jaureguy, chef de projet de Competitiv'Eko

Bihartean, les chiffres

Bihartean a touché 29% d'entreprises industrielles, 21% de sociétés de service et 11% d'entreprises du secteur agroalimentaire. Le premier partenaire de Bihartean est la province du Guipuzkoa.

Derrière la création de Biahartean, il y a "la volonté d'hommes" selon les dires d'André Garreta "notamment, Pedro Esnaola" le président de la chambre de commerce du Guipuzkoa (réélu cette année).

Pedro Esnaola, président de la chambre de commerce du Guipuzkoa - Maxppp
Pedro Esnaola, président de la chambre de commerce du Guipuzkoa © Maxppp -

Les obstacles rencontrés par Bihartean ont été "psychologiques", témoins d'une réelle méconnaissance de la législation du pays voisin et des règles du jeu.

Les moyens de Bihartean

A la base (il y a 8 ans) le financement de la structure transfrontalière est assurée par les deux chambres de commerce de Bayonne et Donostia (Saint Sebastien). Mais ce n'est pas un "truc". "il n'y a pas de bureau, pas de frais de structure, je suis la seule salariée" précise Olga Irastorza. "Ma vocation est de passer le message transfrontalier de manière transverse".

L'exemple Bihartean fait tâche d'huile. La structure se trouvera au centre d'une journée stratégie transfrontalière organisée à Bruxelles durant la mi-octobre.