Économie – Social

Marie Rothahn (Fondation Abbé Pierre) : "Les procédures d'expulsion sont en hausse dans le Nord Franche-Comté"

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 31 octobre 2016 à 8:45

Rassemblement à l'appel des associations pour le droit au logement. Paris, le 5 mars 2016.
Rassemblement à l'appel des associations pour le droit au logement. Paris, le 5 mars 2016. © Maxppp -

La trêve hivernale démarre ce 1er novembre et s'achèvera le 31 mars prochain. Pendant cinq mois, les locataires en difficulté sont protégés, les procédures gelées. Des procédures d'expulsion en hausse ces dernières années partout en France, y compris en Franche-Comté, selon la Fondation Abbé Pierre.

Le nombre des expulsions a explosé en 2015 en augmentant de 24% par rapport à l'année précédente. Soit près de 14.500 ménages renvoyés de chez eux, selon la Fondation Abbé Pierre. "C'est un mouvement de fond qui existe depuis les années 2.000 avec une hausse continue de ces procédures, accentué par la hausse des loyers et la crise économique qui augmente la précarité" affirme Marie Rothahn, chargée de mission "accès aux droits" à la Fondation.

Plus de 400 expulsions dans le Territoire de Belfort

Des chiffres en hausse également dans le Nord Franche-Comté. "À Montbéliard, l'an passé, il y a eu 247 décisions de justice en faveur d'expulsion, 282 en Haute-Saône et 410 dans le Territoire de Belfort" précise Marie Rothahn. Mais les chiffres réels dépassent les chiffres officiels selon elle "On peut considérer qu' il y a deux ou trois fois plus de ménages contraints de quitter leur logement. On parle bien de ménages donc si on résonne en terme de personnes, on peut estimer que c'est une ville équivalente à Belfort, qui serait contrainte de partir chaque année."

"Il faut une garantie universelle des loyers. L' État doit prendre ses responsabilités - Marie Rothahn, Fondation Abbé Pierre

La Fondation Abbé Pierre qui vient en aide à ces foyers en danger, le sait très bien: la trêve hivernale n'est qu'une solution à court terme. Dans cinq mois, les procédures reprendront. "Il faut que l'État prenne ses responsabilités avec une vraie volonté publique. Qu'on mette en place une garantie universelle des loyers et qu'il propose un relogement systématique aux personnes expulsées, qu'elles soient prioritaires ou non pour un logement au droit opposable" explique Marie Rothahn.

Marie Rothahn (Fondation Abbé Pierre) : "L' État doit reloger systématiquement les personnes expulsées"

La Fondation Abbé Pierre a mis en place une plateforme téléphonique "Allo Prévention Expulsions" au 0.810 001 505. Depuis six ans, ses 79 bénévoles viennent en aide à 10.000 ménages.

Partager sur :