Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Marne : les salariés de PCH Metals demandent à être "adoptés" pour sauver leur usine

mardi 9 janvier 2018 à 18:07 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Des salariés de l'entreprise PCH Metals à Saint-Martin-sur-le-Pré dans la Marne ont fait grève ce mardi car 96 emplois sont menacés sur le site. Ils aimeraient séduire un investisseur et tentent ainsi d'attirer l'attention sur leur usine.

Les salariés ont débrayé ce mardi devant les locaux de l'usine.
Les salariés ont débrayé ce mardi devant les locaux de l'usine. © Radio France - Sophie Constanzer

Châlons-en-Champagne, France

Voilà le message qu'on peut lire sur une pancarte devant les locaux de l'entreprise : "PCH Metals adopte une entreprise.com". C'est aussi le nom d'une page facebook crée pour attirer l'attention, en faisant référence à un site de rencontres. Car les 96 salariés de PCH Métals à Saint Martin sur le Pré à côté de Châlons, ont le sentiment que la survie de leur usine est en jeu. "Pour nous à la fin du mois, normalement c'est fini ! ils vont être obligés de déposer le bilan parce qu'on a plus d'argent", explique Eric Bressac, délégué du personnel CFDT. 

Une page facebook a été crée sur le mode humoristique en référence à un site de rencontres. - Radio France
Une page facebook a été crée sur le mode humoristique en référence à un site de rencontres. © Radio France - Sophie Constanzer

Cela fait 18 mois qu'on se bat pour sauver l'entreprise et il y a rien qui se passe -- Eric Bressac, délégué du personnel

Rachetée il y a près de deux ans par l'investisseur allemand Callista pour un euro symbolique, l'entreprise PCH Metals perd de l'argent tous les mois. Et elle en perd encore plus depuis le début de l'année "Zehnder notre ancien groupe nous donnait des compensations tous les trimestres et là on arrive au bout, les compensations se sont arrêtées début janvier 2018...", souligne Eric Bressac. Ce qui complique les choses c'est que l'ancien groupe suisse Zehnder qui détenait l'entreprise est toujours client de PCH Metals. 

Rencontre avec les salariés devant les locaux de l'entreprise.

Mais la solution ne peut pas venir de lui, estime Eric Bressac : "on veut quelque chose de sain et pas repartir encore 3 mois ou 4 mois dans le bordel actuel dans lequel on est". Ce mardi, une rencontre s'est tenue entre l'investisseur allemand Callista et la direction de l'entreprise. Et un comité d'entreprise est prévu ce mercredi avec les représentants du personnel