Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marne: "on prend ça comme une provocation", la CGT dénonce le choix de trois sénateurs sur les retraites

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La CGT organise trois rassemblements ce jeudi dans la Marne pour défendre les retraites, dans les communes des sénateurs qui ont voté un amendement pour l’allongement des cotisations et un recul de l’âge de départ. Sabine Dumesnil, de la CGT dans la Marne était l'invitée de France Bleu ce jeudi.

Manifestation à Reims contre la réforme des retraites le 17 décembre 2019
Manifestation à Reims contre la réforme des retraites le 17 décembre 2019 © Maxppp - PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS / Christian Lantenois

"Les sénateurs marnais votent un amendement inacceptable sur les retraites", c’est par ces mots que la CGT appelle à la mobilisation ce jeudi. Des rassemblements sont prévus à 15h à Wittry-les-Reims, à Cuchery et à Sézanne, autrement dit les communes respectives des sénateurs Yves Detraigne, Françoise Ferat et René-Paul Savary. 

Ces trois sénateurs ont voté, mi-novembre, l’amendement proposé par René-Paul Savary dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021. Le sénateur Les républicains de la Marne a défendu l’idée de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 63 ans et propose d’accélérer l’allongement de la durée de cotisations pour atteindre 43 annuités dès la génération 1965. 

Le but du sénateur était surtout d’alerter dit-il. Selon lui, il faut équilibrer le système sinon les générations futures devront payer les pensions des retraités d’aujourd’hui. L’Assemblée nationale n’a pas repris son amendement mais il n’en fallait pas plus à la CGT pour sortir de ses gonds. 

On prend ça comme une véritable provocation 

"On prend ça comme une véritable provocation dans cette période pandémique", dit Sabine Dumesnil, la secrétaire départementale de la CGT dans la Marne, invitée de France Bleu Champagne Ardenne ce jeudi.

"Fin 2019, on s’est battu contre la réforme des retraites envisagée par le gouvernement qui consistait notamment  à allonger la durée de cotisation. Il y avait aussi toute la méthode de financement, notamment par points, dont on ne voulait pas. Et en pleine pandémie on prend cela comme une provocation parce qu’allonger la durée de cotisation et en plus reculer l’âge de départ en retraite, ce n’est pas convenable", estime la secrétaire départementale de la CGT dans la Marne.  

Reculer l'âge de départ en retraite, ce n'est pas convenable

La CGT met en avant ses propositions, notamment en matière de financement, "sans faire d’économies sur le dos des salariés", dit Sabine Dumesnil. 

"Evidemment, il faut penser aux dépenses et il va falloir payer toutes  les retraites mais pour payer des retraites il faut des cotisations. Ces cotisations sont issues de nos fiches de paie, les cotisations des salariés et les cotisations patronales. Or on est en train de faire des économies sur le dos des cotisations patronales. On n’a pas le plein emploi et c’est un problème, le chômage s’aggrave avec la pandémie et si on veut prendre sur les caisses, il faut créer des emplois, il faut des cotisations sociales et arrêter d’exonérer les cotisations patronales", estime la secrétaire départementale de la CGT dans la Marne.

Réécoutez l'interview de Sabine Dumesnil sur France Bleu Champagne Ardenne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess