Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une cinquantaine d'enfants Roms menacés d'expulsion à Marseille juste avant la trêve hivernale

lundi 30 octobre 2017 à 22:00 Par Adrien Serrière, France Bleu Provence et France Bleu

Une centaine de Roms dont 52 enfants sont menacés d'expulsion du lieu d'où ils vivent dans le 10e arrondissement de Marseille. Le bâtiment appartient à la Soleam, la société locale d'équipement et d'aménagement de l'aire métropolitaine.

La trêve hivernale dure du 1er novembre au 31 mars (image d'illustration).
La trêve hivernale dure du 1er novembre au 31 mars (image d'illustration). © Maxppp -

Marseille, France

La trêve hivernale débutera mercredi 1er novembre mais ce sera peut-être trop tard pour une centaine de Roms qui squattent un hangar de la rue Gustave Eiffel, à Marseille. Ils pourraient être expulsés mardi. La plupart de ces familles (on compte 52 enfants) avait trouvé refuge ici après l'expulsion en juillet dernier, d'un autre squat de Marseille.

«On les balade d'un squat à un autre, regrette Amarine, responsable du centre de soins de Médecins du monde. Tout ce qu'ils veulent c'est s'intégrer et que leurs enfants aillent à l'école.» Médecins du monde a d'ailleurs lancé une pétition pour l'ouverture des bâtiments publics vides aux personnes sans abri.

L'opposition PS demande un répit

Le président du groupe socialiste à la mairie de Marseille Benoît Payan s'en est pris à la politique de la ville : «Mois après mois, la réponse de la Ville reste la même : déplacer ces enfants, ces familles, sans jamais chercher à résoudre le problème. Et tant pis pour leur scolarité, tant pis pour leur santé.»

Benoît Payan demande à la Soleam, propriétaire du bâtiment, de refuser l'expulsion et de mettre ce local à la disposition des familles roms pour l'hiver.