Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Du houblon sur des balcons marseillais pour une bière bio et un projet participatif

mardi 28 mars 2017 à 20:15 Par Tony Selliez, France Bleu Provence

Ils plantent du houblon chez eux, en plein centre-ville, pour produire une bière marseillaise 100% bio : un projet original et collectif puisque pas moins de 30 particuliers déjà ont planté il y a quelques jours des pieds de houblon sur leur balcon, ou sur un bout de jardin.

Les 3 premiers plants de houblon au pied de la maison de Charles Talbot (Marseille, 13004)
Les 3 premiers plants de houblon au pied de la maison de Charles Talbot (Marseille, 13004) © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Une bière biologique, urbaine, fruit de la récolte de plusieurs dizaines de particuliers, chez eux. Voilà, en quelques mots, comment résumer le projet porté par deux jeunes entreprises marseillaises. D'un côté, la "Brasserie des Suds", située dans le 11e arrondissement, et déjà spécialisée dans la bière bio, de l'autre, "Abricotoit", lauréat national Talents des Cités 2015, et qui est spécialisé dans l’aménagement et l’entretien de potagers sur les toits plats.

Julien Girardon (Abricotoit) et Gonzalo Araque-Goy (Brasseries du Sud) - Aucun(e)
Julien Girardon (Abricotoit) et Gonzalo Araque-Goy (Brasseries du Sud) -

Trente particuliers marseillais déjà impliqués

Le principe ? C'est la brasserie qui achète les rhizomes (tige souterraine remplie de réserve alimentaire) de houblon biologique. Mais ce sont donc les particuliers qui en quelque sorte prêtent un bout de terrain, et assurent le suivi, la culture de la plante, jusqu'à la récolte prévue cet été. Il n'y a aucune contrepartie financière. Il s'agit pleinement d'un projet participatif, collectif. En revanche, chaque "cultivateur" est bien sûr accompagné, suivi et secondé, pour toute question liée à l'entretien des plants.

Les rizhomes sont achetés uniquement en Espagne, chez Lupulina en Catalogne, une houblonnière professionnelle. Avantage aussi : un climat similaire à celui de la Provence.

"Nos bières s'appellent "PartFaites" parce qu'elles sont.. participatives." Laure Araque-Goy, des Brasseries du Sud

"Impliquer les gens dans nos produits, nos bières, est dans l'ADN de l'entreprise", Laure Araque-Goy (Brasseries du Sud)

L'idée plus générale, derrière ce projet, c'est de sensibiliser les Marseillais à l'agriculture urbaine. Il s'agit, d'une manière plus générale, d'une forme émergente de pratiques agricoles de nouveau effectuées en ville, que ce soit en parcelles partagées ou en jardins individuels ou collectifs, parfois encore sur des terrasses ou des toitures.

Un collectif, issu de la Maison de la Philosophie à Marseille, fait déjà la guerre au béton dans le sixième arrondissement, ou plutôt, il fait de la place, au pied des arbres, pour remettre plus de végétation dans la rue, boulevard Salvator, près de la Préfecture par exemple.

Reportage FB Provence chez Charles Talbot, un marseillais lancé dans l'aventure du houblon 100% bio. (Tony Selliez)

"Végétaliser la ville mais aussi favoriser une production 100% locale. Il y a deux fois moins de houblonnières en France depuis 10 ans. On a le climat favorable ici à Marseille." Charles Talbot, l'un des 30 premiers Marseillais à se lancer dans l'aventure

Un rizhome de houblon planté à Marseille dans l'opération menée par la "Brasserie des Suds" et Abricotoit - Aucun(e)
Un rizhome de houblon planté à Marseille dans l'opération menée par la "Brasserie des Suds" et Abricotoit -

Besoin d'un champs comme espace de culture ? Pas du tout ! C'est bien là l'essence-même et la force du projet : un mètre carré de surface par pied de houblon suffit.

Chaque particulier peut ainsi participer, ne serait-ce que pour un, deux ou trois plants, sur une balcon, une terrasse, un jardin. L'idéal étant une exposition plein sud. Prévoyez également l'arrosage : jusqu'à 3 litres d'eau par jour pour un plant à maturité. Et anticipez le fait que le plant finit par atteindre 5 à 10 mètres de hauteur !

"Chaque personne s'en occupe à sa manière. Certaines ont mis de la paille, d'autres ont nourri avec du terreau.. certains mettent du grillage, d'autres des palettes ou encore du bambou. Les pieds vont plus ou moins monter ; ça va donner des récoltes différentes selon la terre, l'orientation au soleil, si les parcelles sont exposées au vent ou non.. c'est ça qui est chouette aussi !" Laure Araque-Goy, des Brasseries du Sud

Du houblon une fois récolté dans un panier - Aucun(e)
Du houblon une fois récolté dans un panier -

Docteur en biotechnologie, Julien Girardon est le fondateur d'Abricotoit. Et il est lui aussi à l'initiative de ce projet. Son idée directrice : reverdir les centre-villes, notamment en créant des lits-potagers sur les toits et terrasses de Marseille.

Presque tous les arrondissements de Marseille seront "représentés" dans le produit final, selon Julien Girardon ((Abricotoit)

"La réponse a été très positive de tous les habitants de Marseille. Presque tous les arrondissements sont représentés." Julien Girardon, fondateur de la start-up Abricotoit (2015)

Du Nord au Sud de la ville, une grande partie des arrondissements de Marseille sont ainsi représentés ; et le produit final de la bière sera ainsi le fruit d'autant de cultures, d'expositions ou encore de façons d'arroser les plants.

La dimension humaine du projet

Mais au-delà de la dimension économique et de la production agricole, le projet rassemble aussi : il fédère et pousse à la rencontre. C'est un effort collectif, participatif. Et finalement, très peu des participants se connaissaient à la naissance du projet. Ils maintenant liés à distance, quel que soit leur milieu social, autour d'un projet commun.

"Amateur de bière, oui ! Mais surtout amateur de liens sociaux. On échange des e-mails pour se montrer les uns les autres les plantations, l'exposition. Ce sont tous des gens que je ne connaissais pas, ça nous rapproche." Charles Talbot

Evidemment, l'idée de cette brasserie marseillaise n'est pas de récupérer le houblon cultivé ainsi pour "alimenter" la production d'autres bières déjà commercialisées. Ce sera en quelque sorte un "cru spécial". Pour le déguster, rendez-vous en fin d'année.

Le goût ? Un houblon aromatique, avec des notes de fruits rouges, d'épices. une bière de Noël. Mais qui n' pas encore été baptisée !

Le succès est tel qu'une nouvelle vague de participants est déjà attendue : dès le mois d'avril, d'autres Marseillais vont à leur tour rejoindre le projet et planter du houblon chez eux, pour ce premier cru 2017.

Gonzalo Arque-Goy, des Brasseries du Sud, ici en pleine récolte de houblon, à Marseille - Aucun(e)
Gonzalo Arque-Goy, des Brasseries du Sud, ici en pleine récolte de houblon, à Marseille -