Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Massay : situation bloquée chez France Fermetures

mercredi 25 avril 2018 à 18:34 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Les débrayages se sont poursuivis ce mercredi chez France Fermetures, le fabricant de fenêtres, et de portes. La production est stoppée à Massay, et St-Hilaire de Court, près de Vierzon, mais aussi à Capdenac (dans Aveyron) et Boussac (Creuse). Le groupe emploie 350 personnes.

Le travail a cessé chez France Fermetures à Massay (Cher)
Le travail a cessé chez France Fermetures à Massay (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Massay, France

La CGT et Force Ouvrière réclament l'instauration d'un 13 éme mois pour compenser la baisse de la prime d'intéressement. Pour les syndicats, il est temps que les ouvriers touchent les dividendes de la croissance..France Fermetures réalise des bénéfices selon eux...

Le conflit a débuté il y a deux semaines chez France Fermetures mais se durcit depuis deux jours. - Radio France
Le conflit a débuté il y a deux semaines chez France Fermetures mais se durcit depuis deux jours. © Radio France - Michel Benoit

La direction propose le versement d'une prime en juillet, mais à condition que le mouvement (qui dure depuis 15 jours) cesse ;  ce que refusent les syndicats.  " Les ouvriers font des efforts, jusqu'à 150 heures supplémentaires par an, et ils n'ont même plus de prime d'intéressement alors qu'elle était importante avant sa suppression il y a dix ans, explique Dany Baron, secrétaire CGT du comité central d'entreprise, En 2008, prime d'intéressement et prime sur les bénéfices représentaient 2.200 euros. _Pourtant, à cette époque, la boite avait un chiffre d'affaire de 50 millions d'euros.  _Aujourd'hui, elle en fait 66 millions, et on n'a presque plus rien. Seulement 300 euros au titre de la prime sur les bénéfices. Ca ne peut pas continuer comme ça. D'autant, que les cadres, eux, ils continuent de se gaver. On est la seule société de la métallurgie dans le Cher, à  ne pas avoir de treizième mois.

L'usine France Fermetures de Massay, près de Vierzon - Radio France
L'usine France Fermetures de Massay, près de Vierzon © Radio France - Michel Benoit

Un autre délégué CGT, Antonio Cataldi, renchérit : " France fermetures paie très mal ses ouvriers. Au bout de trente ans de boutique, un salarié ayant trente ans d'ancienneté, en incluant sa prime d'ancienneté de 100 euros, sa prime de vacances de 64 ans, sa prime d'habillage de 17 euros,  tout ça mis bout à bout, incorporé dans la salaire, il arrive à peine à 1.300 euros net par mois.  Vous supprimez ces primes, les salariés sont payés au SMIC avec trente ans d'ancienneté. C'est pas normal.  La boite est rentable, on ne veut plus les miettes !"  Une réunion avec la direction est prévue le 4 mai. Un inspecteur du travail s'est rendu à Massay. Les syndicats dénoncent en effet du harcèlement et des délits d'entrave de la part de la direction.