Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Maxam placée en liquidation judiciaire, une usine à risques

-
Par , France Bleu Nord

L'entreprise Maxam de Mazingarbe, à l'arrêt depuis le mois de juin dernier, a finalement été placée en liquidation judiciaire. les 71 salariés vont être licenciés mais après qu'ils auront sécurisé le site et sans savoir à combien s'élèvera leur prime de licenciement.

L'usine Maxam de Mazingarbe est à l'arrêt depuis le mois de juin, en redressement judiciaire elle n'a toujours pas trouvé de repreneur
L'usine Maxam de Mazingarbe est à l'arrêt depuis le mois de juin, en redressement judiciaire elle n'a toujours pas trouvé de repreneur © Radio France - Claire Mesureur

Le couperet est finalement tombé ce mercredi 13 janvier, le tribunal de commerce a prononcé la liquidation judiciaire de l'entreprise Maxam de Mazingarbe, près de Lens dans le Pas-de-Calais, assortie d'une poursuite d'activité de 3 mois.

Ce n'est pas une surprise pour les 71 salariés, l'usine était à l'arrêt depuis le mois de juin de l'année dernière. Le feuilleton a duré plusieurs semaines, des repreneurs qui s'étaient manifestés se sont finalement désistés et le couperet est tombé ce mercredi midi.

L'actionnaire majoritaire espagnol a seulement concédé la vente des métaux précieux encore entreposés sur le site pour financer une prime "supra-légale" acceptée par les salairiés. "Mais il s'agit d'un chèque en blanc, analyse Stéphane Hugueny le représentant du personnel, puisqu'on ne connaît ni la quantité que cela représente ni le cours de ces métaux".

En contrepartie les salariés s'engagent à  sécuriser le site classé Seveso seuil haut. L'entreprise qui produisait du nitrate d'amonium possède toujours un stock de plus de 1000 tonnes d'ammoniaque stockées dans une sphère protégée.

Une fuite contaminerait plusieurs milliers de riverains...

C'est un stock de nitrate d'ammonium qui avait provoqué l'explosion d'AZF à Toulouse en 2001. "A Mazingarbe il n'y a pas de risque d'explosion, explique Virginie Govaert en charge de l'environnement du site de Mazingarbe, mais une fuite sur la sphère provoquerait d'importants dégâts pour les riverains".

Les salariés de Maxam ont donc accepté de sécuriser la sphère et l'ensemble de l'usine, "mais sans aucune garantie concernant la prime qui leur sera allouée", tient à préciser Stéphane Hugueny. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess