Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mayenne : Grâce à Copainville et à l'abbé Yves Jamont, "la vie d'après a été moins moche que la vie d'avant"

-
Par , France Bleu Mayenne
Mayenne, France

Une stèle en hommage à l'abbé Yves Jamont, le fondateur de Copainville à Mayenne décédé il y a deux ans, a été inaugurée sur le site l'association. Pendant des années, l'abbé est venu en aide à des jeunes souvent désœuvrés. Noël Bayer, l'un des anciens protégés du "petit bonhomme", nous raconte.

Copainville rend hommage à son fondateur, l'abbé Yves Jamont.
Copainville rend hommage à son fondateur, l'abbé Yves Jamont. © Radio France - Charlotte Coutard

Copainville fête cette année ses 57 ans. L'association a été créée en 1961 par l'abbé Yves Jamont, décédé il y a deux ans. Une stèle en son honneur a été inaugurée sur le site de l'association.

Une stèle en hommage à l'abbé Yves Jamont.
Une stèle en hommage à l'abbé Yves Jamont. © Radio France - Charlotte Coutard

De "La Cité des Jeunes" à "Copainville"

À l'origine, l'association s'appelait "La Cité des Jeunes", elle était située dans un ancien pensionnat du centre-ville de Mayenne, puis un village a été bâti rue du Fauconnier, Copainville, en 1968.

Le projet d'Yves Jamont, dit "le Petit Bonhomme" est né un soir de 1961. "Le petit bonhomme a trouvé un garçon sous le pont Notre-Dame à Mayenne, qui n'avait nulle part où dormir. Il s'est dit, _ce n'est pas normal que des jeunes restent comme ça tous seuls_, et il a essayé de trouver quelque chose pour qu'il soit à l’abri. Et il a squatté ce fameux pensionnat de jeunes filles qui appartenait à l'évêché", raconte Noel Bayer, 70 ans, l'un des membres de l'association. 

"Il y avait des jeunes qui travaillaient et qui laissaient leur paie pour subvenir aux besoins des autres".

Pendant des années, l'abbé prend ainsi sous son aile des jeunes, apprentis ou ouvriers.  En 1968, ils construisent eux mêmes leur propre village Rue du Fauconnier à Mayenne, Copainville est né. "Les jeunes, au départ de Copainville, géraient ce village comme un conseil municipal. Il y avait un maire, des adjoints, il y avait des jeunes qui travaillaient et qui laissaient leur paie pour venir en aide et subvenir aux besoins des autres", poursuit Noël Bayer.

Noël Bayer a bien connu l'abbé Yves jamont et Copainville.
Noël Bayer a bien connu l'abbé Yves jamont et Copainville. © Radio France - Charlotte Coutard
Les premiers logements de Copainville à Mayenne.
Les premiers logements de Copainville à Mayenne. © Radio France - Charlotte Coutard
Les premiers logements de Copainville à Mayenne.
Les premiers logements de Copainville à Mayenne. © Radio France - Charlotte Coutard

Remettre les jeunes dans le droit chemin

Copainville devient un vrai foyer pour des jeunes souvent un peu paumés. L'abbé Yves Jamont les emmène en voyage, en Italie, en Suisse, au Maroc. Noël était l'un de ces jeunes, issu d'une famille pauvre. L'abbé l'a empêché de mal tourner.

"C'était l'école de la vie".

"C'était un lieu de regroupement de jeunes qui étaient en errance, qui ne savaient pas quoi faire de leurs dix doigt, mené par un curé qui n'était pas en soutane", sourit Noël. "On commençait à faire quelques petites bêtises, mais quand il nous rattrapait le long du chemin, par le col, on passait un sale quart d'heure". "Mais il était aussi prêtre ouvrier, il était chauffeur de camion, livreur. Il n'aurait pas pu faire la morale à certains gars sans connaître le vie réelle. C'était l'école de la vie".

"On faisait la quête et ça nous permettait de prendre l'apéro".

Et Noël se souvient : "Les voyages duraient trois semaines quand même, on couchait à la belle étoile. C'est des voyages que je n'aurais jamais fait à l'époque s'il n'avait pas existé un gars comme ça". "Un dimanche matin en Suisse, il sort sa petite table, met ses habits de prêtres, et fait la messe. Des gens s'arrêtaient et assistaient à la messe. Et nous, comme on en avait rien à foutre, _on faisait la quête et ça nous permettait de prendre l'apéro_", confesse Noël.

"Tout ce qui me manquait chez moi, lui me l'a donné".

L'abbé Yves Jamont était donc parfois un homme rugueux, au tempérament bien trempé, mais aujourd'hui Noël lui en est reconnaissant : _"J'écoutais plus le petit bonhomme que mes parents. Le mot n'est pas trop fort, je peux dire que c'était un modèle. Tout ce qui me manquait chez moi, lui me l'a donné. C'est peut-être grâce à lui que la vie d'après a été moins moche que la vie d'avant"_, confie l'ancien protégé de l'abbé.

Un héritage à faire perdurer

Cinquante-sept ans après, Copainville aide toujours des jeunes à remettre le pied à l'étrillé. Mais l'association s'est diversifiée. 

"On a essentiellement des jeunes de 16 à 30 ans sur notre foyer de jeunes travailleurs et notre centre d'hébergement et de réinsertion sociale. Après on peut aussi accueillir des victimes de violences conjugales, des familles étrangères qui arrivent sur le territoire, des familles de sans-abri, et puis on a tout un secteur aussi professionnel avec des ateliers et des chantiers d’insertion", détaille Jérome Lecapitaine, le directeur de Copainville. _"_Les valeurs sont toujours les mêmes : l'aide aux personnes défavorisées, l'accueil des personnes en difficultés pour qu'elles puissent repartir d'un bon pied. Sans aucune discrimination".

A Copainville il y a 60 lits en foyer jeunes travailleurs, 27 places dans le centre d'hébergement et de réinsertion sociale, 16 places pour les personnes étrangères, 49 places pour des famille de sans-abri, et 3 appartements pour les victimes de violences conjugales avec leurs enfants. Au total l'association héberge en permanence près de 200 personnes.

Le foyer jeunes travailleurs de Copainville à Mayenne.
Le foyer jeunes travailleurs de Copainville à Mayenne. © Radio France - Charlotte Coutard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess