Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On doit faire des choix" : en Mayenne, le niveau de vie de ces retraités s'est dégradé

-
Par , France Bleu Mayenne

Un Mayennais sur cinq a vu son pouvoir d'achat baisser durant le premier confinement selon une étude réalisée par l'Insee. Les conséquences financières sont plus importantes pour les 30% les plus modestes en France. Certains retraités tombent dans la précarité.

Certains retraités ont aidé financièrement leurs enfants et petits-enfants à l'arrêt pendant la crise sanitaire.
Certains retraités ont aidé financièrement leurs enfants et petits-enfants à l'arrêt pendant la crise sanitaire. © Radio France - Martine Bréson

Un an après le début du premier confinement, une étude permet de chiffrer la dégradation du niveau de vie des Mayennais. 21% d'entre eux ont vu leur pouvoir d'achat baisser entre mars et mai 2020 selon une étude publiée par l'Insee Pays de la Loire.

"Je vais moins souvent chez le coiffeur."

Les 30% des Français les plus modestes ont été les plus touchés financièrement par le premier confinement. Parmi eux, certains retraités alertent sur la dégradation de leur situation financière depuis un an. 

Colette n'a pas pu épargner durant le premier confinement. "Les retraités seraient des nantis car ils ne subissent pas la crise comme les actifs, mais j'allais régulièrement chez le coiffeur, j'y vais moins souvent, j'allais chez l'esthéticienne, j'ai arrêté. On n'a plus les moyens, il faut faire des choix", regrette cette retraité de la CGT Mayenne. 

Difficile d'épargner quand on aide ses petits-enfants

Si sa retraite n'a pas été affectée directement par la crise sanitaire, Colette a été amenée à aider financièrement ses enfants et petits-enfants. "J'ai aidé par exemple ma petite-fille qui entre dans la vie active et qui a des petits boulots dans l'animation mais qui n'a plus d'activité à cause de la crise sanitaire", explique-t-elle avant d'ajouter : "Un tiers des retraités gagnent moins de 1000 euros par mois !"

Les files d'attentes se sont allongées devant les locaux d'associations de distribution de repas. Selon Jacky Pommier, secrétaire général de l’union des retraités de la CGT de la Mayenne, de nombreux retraités ont rejoint les étudiants dans les rangs des bénéficiaires. "Beaucoup de retraités sont dans une situation très tendue car c'est jamais facile de se rendre dans une association caritative pour pouvoir manger", affirme-t-il. Si aucune étude ne chiffre cette tendance, elle pourrait être sous-estimée selon ce retraité : "On est dans un département où la maxime est "pour vivre heureux, vivons cachés" mais on voit bien au travers des conversations que c'est question est très prégnante."

Des données plus précises d'ici 2022

L'étude est accessible sur le site de l'Insee. La Mayenne est le deuxième département de la région où le niveau de vie s'est le plus dégradé avec la Vendée et derrière la Loire-Atlantique. Cette étude est basée à la fois sur une enquête d'opinion et la centralisation de données fiscales. 

"C'est ce complément des deux sources, la source d'enquête et la source fiscale, qui nous ont permis d'identifier que les personnes aux revenus les plus faibles étaient les plus impactés", explique Nathalie Cloarec, directrice régionale adjointe de l'Insee Pays de la Loire. Des données plus précises sur les conséquences financières de la crise sanitaire seront disponibles d'ici l'année prochaine.

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess