Économie – Social

A Mayet, chez le n°1 des calendriers du facteur, c'est déjà 2017

Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine dimanche 9 octobre 2016 à 15:35

L'usine dirigée par Christophe Trouille livre actuellement les calendriers 2017.
L'usine dirigée par Christophe Trouille livre actuellement les calendriers 2017. © Radio France - Alexandre Chassignon

La centaine d'employés de l'usine Lavigne à Mayet fabrique en ce moment les almanachs 2017 de la Poste. L'imprimeur spécialiste du calendrier personnalisé tente de relancer ce produit en déclin.

Ici, le pic de production dure 6 mois. De juin à décembre, Lavigne fournit des millions de calendriers aux facteurs, et autant à des entreprises, après personnalisation. L'entreprise, qui fait partie du groupe papetier Exacompta, est le leader français du secteur. Une centaine de personnes travaillent en ce moment dans l'usine sarthoise, dont une soixantaine de CDD.

Lavigne prévoit de livrer environ 3,5 millions de almanachs de la Poste cette année. Même si le marché a été quasiment divisé par deux depuis 15 ans, le directeur de l'usine, Christophe Trouille, croit à l'avenir de cette activité historique. Il densifie cette année son réseau de distribution pour atteindre plus facilement les facteurs, ses clients.

"Ce n'est pas un rejet de l'almanach, c'est une question de distribution"

Une des six tables de tri des almanachs. - Radio France
Une des six tables de tri des almanachs. © Radio France - Alexandre Chassignon

Personnalisation et investissements

En même temps que des almanachs, Lavigne produit des calendriers grand format. Avec de larges et belles photos (parfois issus de magazines célèbres), et, à la demande, le logo d'entreprises qui l'offrent en général à leurs clients. Ce marché du calendrier personnalisé progresse d'"au moins 5% par an".

Pour améliorer la qualité et élargir les options, l'usine a acheté cette année une imprimante numérique capable d'utiliser des encres argentées ou dorées. Au bout de sa dizaine de mètres de long, elle crache "deux feuilles recto-verso par seconde".

Quelque 500 000 euros ont été investis à Mayet cette année. Une autre ligne neuve produit des "notebooks", à la fois calendriers et cahiers. Leurs pages se tournent comme celles d'un livre, et une partie sont vierges. "Pour la première année nous en avons déjà vendu 100 000 exemplaires", se réjouit Christophe Trouille.

L'assemblage des "notebooks" reste largement manuel. - Radio France
L'assemblage des "notebooks" reste largement manuel. © Radio France - Alexandre Chassignon

Des idées, on en a plein !"

Des idées de nouveaux produits "on n'en manque pas !" poursuit le directeur de l'usine. D'autres sont prévus l'année prochaine, comme une deuxième ligne de planches bancaires cartonnées. Peut-être faudra-t-il bientôt pousser les murs. "Il y a de la place, le terrain voisin nous appartient".

Partager sur :