Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mazingarbe : une centaine de personnes réunies devant le site de Maxam avant sa fermeture définitive

-
Par , France Bleu Nord

Les salariés de l'usine Maxam de Mazingarbe (Pas-de-Calais), près de Lens, se sont réunis ce lundi, jour de la fermeture définitive du site. Spécialisée dans la production de nitrate d'amonium, l'unité de Mazingarbe a été officiellement placée en liquidation judiciaire en janvier dernier.

 Une centaine de salariés et ex-salariés se sont réunis ce lundi devant le site de Maxam
Une centaine de salariés et ex-salariés se sont réunis ce lundi devant le site de Maxam © Radio France - Caroline Félix

Ce lundi matin, une centaine de salariés et ex-salariés de l'usine Maxam se sont réunis devant le site, au jour de sa fermeture définitive. L'unité de Mazingarbe, spécialisée dans la production de nitrate d'amonium et classée Seveso seuil haut, a été officiellement placée en liquidation judiciaire en janvier dernier. 72 personnes sont licenciées. Les salariés ont brûlé un cercueil affichant les dates de naissance et de mort du site : 1897-2021. Les salariés ont emporté cette boite en bois dans toutes leurs manifestations de cette année passée à défendre leurs emplois.

"Ce sont nos emplois qui partent en fumée", dit Stéphane, un salarié. Il est très amer contre l'actionnaire espagnol, qui a coupé les vivres à sa filiale française et s'est totalement retiré des négociations, laissant les salariés avec le strict minimum en terme d'indemnités de départ. "En 11 mois de lutte, ils ne sont même pas venus sur le site", déplore-t-il.

Un cercueil a été brûlé symboliquement devant le site, devant la banderole "Salariés fiers, patrons voyous"
Un cercueil a été brûlé symboliquement devant le site, devant la banderole "Salariés fiers, patrons voyous" © Radio France - Caroline Félix

Pour autant, tous les salariés présents à cette "cérémonie d'enterrement", se disent fiers d'avoir travaillé sur le site. "Cette usine, c'était la nôtre, comme notre maison, dit par exemple Lionel, 25 ans de maison. Il n'a pas encore cherché de nouvel emploi, puisqu'il veut d'abord faire "son deuil" de Maxam, avant de "pouvoir se projeter". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess