Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mazingarbe : vers une liquidation judiciaire de l'usine de produits chimiques Maxam

-
Par , France Bleu Nord

L'entreprise Maxam, qui fabrique du nitrate d'ammonium à Mazingarbe, près Lens, pourrait être liquidée à la mi-décembre. Alors que le site est en redressement judiciaire depuis la fin octobre, le seul repreneur potentiel a retiré son offre ce jeudi 3 décembre.

L'usine Maxam de Mazingarbe est à l'arrêt depuis le mois de juin, en redressement judiciaire elle n'a toujours pas trouvé de repreneur
L'usine Maxam de Mazingarbe est à l'arrêt depuis le mois de juin, en redressement judiciaire elle n'a toujours pas trouvé de repreneur © Radio France - Claire Mesureur

"On se dit que c'est fini, on attend la liquidation." Coup dur pour les 77 salariés de Maxam, l'usine de produits chimiques qui fabrique du nitrate d'ammonium à Mazingarbe, entre Béthune et Lens (Pas-de-Calais). Alors que le redressement judiciaire du site a été prononcé le 26 octobre, l'unique repreneur qui s'était fait connaître a retiré son offre. 

Les syndicats de l'usine l'ont appris ce jeudi 3 décembre directement auprès de la direction de Titanobel, qui envisageait de reprendre la quasi-totalité des employés et avec qui les discussions étaient en cours. 

Très peu d'espoir de reprise 

Dans les faits, un nouveau repreneur peut se faire connaitre d'ici au 16 décembre, date de la prochaine audience devant le tribunal de commerce de Lille. Mais selon les salariés, il y a très peu d'espoir qu'une autre offre soit validée par le juge.

En effet, l'entreprise est classée Seveso seuil haut - hautement protégé à cause des risques de pollution, et "n'importe qui ne peut pas la reprendre" expliquent les syndicats. 

Plus de précisions sont attendues vendredi 4 décembre dans l'après-midi lors d'une réunion en mairie de Mazingarbe.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess