Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Médecins démissionnaires : l'hôpital de Moulins, dans l'Allier, entre dans le mouvement

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La liste des médecins démissionnaires s'allonge. Ils étaient un millier il y a quelques jours, ils sont environ 1100 aujourd'hui. Les CHU ne sont pas seuls concernés, les "petits" hôpitaux, comme Moulins, dans l'Allier, le sont aussi.

Panneau indiquant les Urgences de l'hôpital
Panneau indiquant les Urgences de l'hôpital © Radio France - Manon Klein

Moulins, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, France

C'est une véritable épidémie qui touche l'hôpital public. Environ 1100 médecins, partout en France, ont démissionné de leurs tâches administratives pour dénoncer la gestion purement comptable des établissements hospitaliers. Au CHU de Clermont-Ferrand, on compte une vingtaine de démissionnaires. Et à Moulins, dans l'Allier, le chef des urgences vient d'envoyer sa lettre pour "soutenir le mouvement national".

L'hôpital de Moulins manque de médecins

Le docteur Thomas Dupuy, qui continuera d'assurer sa mission de médecin aux urgences de Moulins, ne souhaite pas s'exprimer. C'est son collègue cardiologue, le docteur Guillaume Mazières, relais local du collectif national inter-hôpitaux, qui décrit la situation : "Quand on calcule les équivalents temps plein, il manque approximativement 50 médecins à l'hôpital de Moulins. Il n'y a que les chirurgiens et les pharmaciens qui sont en nombre suffisant. Tout le reste est déficitaire. La gastro-entérologie par exemple, le service des urgences aussi, il n'y a plus d'hématologue, la cancérologie c'est compliqué. A l'anesthésie, ils vont peut-être être en nombre suffisant en début d'année, mais en faisant appel à des médecins étrangers qui ne sont pas forcément inscrits à l'ordre, et qui exercent sous la responsabilité des titulaires, donc c'est compliqué". 

Des agents fatigués et démotivés

Le docteur Mazières estime qu'à Moulins les personnels de l'hôpital sont en difficulté : "On constate l'épuisement des infirmières, l'épuisement de toutes les équipes para-médicales. Il y a par ailleurs une fuite des médecins, et c'est directement en rapport avec leurs difficultés de pratiquer à l'hôpital".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu