Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Meilleurs Ouvriers de France et fiers d’incarner leurs métiers en Bourgogne-Franche-Comté

mercredi 29 juin 2016 à 20:19 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

A Dijon ce mercredi 29 juin 2016, les dix lauréats bourguignons et franc-comtois de l’édition 2015 du concours du Meilleur Ouvrier de France ont reçu leurs diplômes.

Une médaille et un titre de Meilleur Ouvrier de France convoités, mais qui se méritent
Une médaille et un titre de Meilleur Ouvrier de France convoités, mais qui se méritent © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Place de la Libération, les badauds dijonnais ont pu voir une étrange animation ce mercredi. Des personnages portant une médaille autour du cou étaient en train de préparer un mannequin bizarre, silhouette féminine composée d'un tonneau, d'une armature métallique, et orné de fleurs et d'un chapeau. L'œuvre conjointe d'un tonnelier, d'un chaudronnier, d'une modiste et d'une fleuriste, tous 'MOF", autrement dit Meilleurs Ouvriers de France. Le mannequin a ensuite été emmené en procession jusqu'à la préfecture où leurs diplômes ont été remis aux dix lauréats bourguignons et franc-comtois du dernier concours du Meilleur Ouvrier de France.

Ils représentent pêle-mêle la ferronnerie, la tonnellerie, l’ébénisterie, la marqueterie, la fromagerie, la lunetterie, la cuisine, et on y trouve aussi un vitrailliste d’art et un sommelier. Dans toute la France l'an dernier, ils n'étaient que 215 lauréats du prestigieux concours organisé tous les trois ans, récompensé par un diplôme et un titre que l'on conserve à vie.

Isabelle Minimi est fleuriste à Dijon, Meilleure Ouvrière de France en 1997. Et elle ne s'en cache pas. Le titre est bon pour le commerce : « Les clients savent ce qu’est un Meilleur Ouvrier de France, que c’est une chose pour laquelle on a beaucoup travaillé, c’est toujours positif. Et dans le domaine professionnel, ça nous permet d’être formateurs, de partir à l’étranger, de faire des démonstrations et de donner des cours. Transmettre notre savoir, c’est important pour nous ». 

L'an dernier, Nicolas Boillot, 30 ans, a intégré le cercle de cette élite du savoir-faire. Cela faisait déjà douze ans qu'il était dans le métier de la tonnellerie quand il a eu envie de tenter le concours, histoire de tester ses limites, pour ne pas rester sur ses acquis. Et un MOF est toujours très recherché par les employeurs.

Des métiers disparaissent, de nouveaux sont intégrés au concours

Le concours est ouvert à 126 métiers. Au fil des ans, certaines professions disparaissent. Sara Tintinger est modiste à Dijon. Elle travaille pour des maisons de haute couture parisiennes. Elle est titulaire du diplôme de MOF depuis 2010, et sera peut-être l'une des dernières dans son métier. Il est question de supprimer cette catégorie du concours, ce qu’elle ne comprend pas, puisque des jeunes sont toujours intéressés et qu’elle ne manque pas de stagiaires.

Des métiers s'en vont, d'autres arrivent, et ils ne sont pas forcément manuels. Christian Pouthier, du comité organisateur du concours précise que les métiers de l’internet ont été intégrés, avec tout ce qui concerne la conception et la maintenance des sites. « On va probablement vers des classes de métiers qui vont de plus en plus intégrer l’immatériel ». Mais avec toujours cette même exigence de la perfection. L’an dernier, il n’y a eu aucun lauréat dans la catégorie chocolatier-confiseur. Le jury a estimé que les candidats n’avaient pas le niveau requis.