Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

"Tout gilet jaune a peur" : Mélanie, victime d’un coup de matraque, mobilisée depuis un an dans la Somme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Un an après le début de la contestation des "gilets jaunes", quel est l'état du mouvement ? Les revendications sont-elles toujours les mêmes ? Mélanie, membre des réfractaires du 80, était l'invitée de France Bleu Picardie, vendredi 15 novembre 2019.

Mélanie Ngoye-Gaham, membre des Réfractaires du 80, ira manifester à Paris pour le premier anniversaire du mouvement
Mélanie Ngoye-Gaham, membre des Réfractaires du 80, ira manifester à Paris pour le premier anniversaire du mouvement © Radio France - Adrien Beria

Amiens, France

Le week-end du 16 et 17 novembre 2019, les "gilets jaunes" fêtent le premier anniversaire de leur mouvement. Manifestations prévues dans plusieurs villes françaises. Dans la région, des rassemblements sont prévus tout au long du week-end à Amiens, Albert, Abbeville, Flixecourt et Longueau. Invitée de France Bleu Picardie à 8h10, vendredi 15 novembre, Mélanie, "gilet jaune" de la première heure et membre des "Réfractaires du 80" sera pour sa part à Paris pour le premier anniversaire du mouvement. 

A-t-elle peur de manifester ?  

Le 20 avril 2019, lors de "l'acte 23" du mouvement, Mélanie est victime d'un coup de matraque à la nuque de la part d'un policier. Plus de six mois après, elle raconte avoir toujours des séquelles. "Mes cervicales ne repoussent pas, je ne suis pas une vitrine, on avance avec les douleurs", raconte Mélanie. "J'ai porté plainte, je n'ai toujours pas de nouvelles". Elle espère avoir rapidement du nouveau avec un rendez-vous chez son avocat.

Y-a-t'il une peur, une appréhension, lorsqu'elle va manifester ? "Tout gilet jaune a peur, explique-t-elle. On a peur quand on voit la police, on n'est pas des militaires, on n'est pas formés à ce qui ressemble à des scène de guerre. Mais pour autant, la cause est juste, la cause est vraie et tout ça on le dépasse". 

Des violences, de la casse, il y en a également pendant les manifestations, comme ce fut le cas à Amiens, en mai et en octobre 2019, où des "Blacks blocks" avaient infiltré le cortège. Mélanie ne préfère pas se positionner : "Chacun sa manière de manifester, je ne juge pas, ce n'est que du matériel"

On manifestera jusqu'à ce qu'on soit satisfait des réformes

Quel est l'état du mouvement, un an après ? "Peut-être qu'il y a moins de force, peut-être qu'il y a moins de personnes, consent Mélanie, mais tous les samedi, il y a une manifestation". Elle espère d'ailleurs que les "gilets jaunes" vont se greffer aux prochaines manifestations contre la réforme des retraites, comme celle prévue le 5 décembre 2019.  

Les revendications ont-elles changé ? Non, "puisqu'on a pas eu gain de cause de la part du gouvernement", explique l'Amiénoise de 39 ans. Parmi les siennes, la mise en place du RIC (Référendum d'initiative citoyenne), la hausse du Smic, une revalorisation des retraites ou un retour sur la réforme de l'assurance-chômage.

Interview à retrouver en intégralité ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu