Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Menace de grève et blocage des raffineries : l'ultimatum lancé par la CGT au gouvernement

mercredi 18 octobre 2017 à 6:00 Par Amélie Bonté, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Après les dockers, c'est au tour des raffineries de réclamer au gouvernement de ne pas toucher à leur convention collective comme accord de référence. La CGT Pétrole demande l'ouverture de négociation immédiate, avec une date butoir, lundi 23 octobre, sinon le syndicat menace de bloquer les sites.

La raffinerie Total de Gonfreville l'Orcher est la première de France
La raffinerie Total de Gonfreville l'Orcher est la première de France © Maxppp - THIBAULT ROUSSEAU/PHOTOPQR/PARIS NORMANDIE

Le Havre, France

La réforme du code du travail serait-elle à la carte ? La CGT Pétrole (Fédération Nationale des Industries Chimiques) lance un ultimatum au gouvernement : le syndicat réclame l'ouverture "d'une négociation immédiate" avec le ministère du Travail sur la réforme du code du travail. En fin de semaine dernière, les dockers ont obtenu gain de cause : leur convention collective reste et restera l'accord de référence, les raffineries réclament désormais la même chose sinon elles feront grève lundi.

Un ultimatum jusqu'à la fin de semaine

Le syndicat menace de faire grève et de bloquer les raffineries lundi prochain. On rappelle qu'à Gonfreville L'Orcher, Total est la première raffinerie de France et qu'à Port Jérôme, Exxon Mobil est la troisième du pays. Ce mercredi soir, une réunion est prévue entre les syndicats des raffineries. Ils se réunissent par téléphone pour définir d'éventuelles actions lundi. Ils sont prêt cette fois à bloquer les sites, ce qui n'étaient pas le cas en septembre où les salariés ne souhaitaient pas se mobiliser en masse.

En 2016, lors des manifestations contre la loi El Khomri, la raffinerie Total de Gonfreville a été bloquée plusieurs jours - Radio France
En 2016, lors des manifestations contre la loi El Khomri, la raffinerie Total de Gonfreville a été bloquée plusieurs jours © Radio France - Amélie Bonté

Mais l'action des dockers a été décisive en fin de semaine dernière. Comme ils ont obtenu de conserver leur convention collective, qu'elle s'applique avant un accord de branche, et bien les raffineurs réclament la même chose. Alors que la réforme du code du travail prévoit cette inversion de la hiérarchie des normes. Du côté de la CGT on estime que ces ordonnances sur le code du travail s'adressent plutôt au TPE ou au PME mais qu'elles n'ont pas lieu d'être pour des activités structurantes pour l'économie du pays comme le raffinage de pétrole ou le chargement de containers. La CGT qui essaye de créer une intersyndicale autour de cet éventuel mouvement de grève des raffineries mais pour l'instant, il reste 5 jours de possible négociation avec le gouvernement.

A LIRE également : Réforme du code du travail : la victoire des dockers