Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Menaces de suppressions de postes chez Thales Alenia Space à Toulouse et Cannes

jeudi 11 avril 2019 à 17:02 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie et France Bleu Azur

Le fabricant de satellites Thalès Alenia Space subit une baisse des commandes et pourrait être amené à supprimer environ 500 postes sur ses sites de Toulouse et Cannes.

Le site Thales Alenia Space de Toulouse.
Le site Thales Alenia Space de Toulouse. © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

Thalès Alenia Space traverse une période compliquée. Le fabricant franco-italien de satellites, qui emploie environ 2500 personnes à Toulouse et 2000 à Cannes, pourrait prendre des décisions importantes en 2019. On n'en est pas encore à parler de plan social, mais la direction a annoncé mercredi en Comité Central d'Entreprise qu'il y avait aujourd'hui des postes en sureffectif, environ 500 postes

Thales Alenia Space subit une baisse des commandes de satellites de télécommunication et d'observation. La société serait aussi victime de son succès car certains satellites déjà en orbite depuis des années vieillissent moins vite que prévu, et les demandes de renouvellement sont repoussées. Du côté de la direction, on assure que de gros contrats sont en cours de négociation et s'ils se concrétisent, la menace de suppressions de postes pourrait être levée. 

Les syndicats pointent aussi la responsabilité de l'Etat actionnaire

Les syndicats eux sont plus sceptiques. La déléguée centrale Force Ouvrière (syndicat majoritaire) Florence Coppel assure que le problème vient aussi de l'Etat français, l'actionnaire majoritaire, qui aurait "des exigences de rentabilité trop importantes". Il demanderait trop d'argent en retour.

L'état doit desserrer son étau s'il veut maintenir des emplois dans lesquels il a investi depuis 30 ans. Il faut qu'il arrête de vouloir tirer des bénéfices d'une entreprise du spatial comme si on était une banque ou des vendeurs de casseroles - Florence Coppel, déléguée syndicale centrale FO et élue du CCE 

D'après Force Ouvrière, ces contraintes financières obligeraient Thales Alenia Space à réduire la R&D (recherche et développement) et à réduire ses marges de manœuvre. En intersyndicale, les représentants du personnel demandent à l'Etat de faire un geste, pour que les menaces qui planent aujourd'hui ne se transforment pas en plan social dans les prochains mois.