Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Méridionale : le conflit qui paralyse la Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Au 7ème jour de grève, les marins de la Méridionale bloquent encore les navires - les leurs et ceux de Corsica Linea - dans le port de Marseille. A cela s'ajoute le mouvement entamé ce mardi par la CGT des dockers.

Au 7ème  jour de grève, les marins de la Méridionale bloquent encore les navires - les leurs et ceux de Corsica Linea - dans le port de Marseille.
Au 7ème jour de grève, les marins de la Méridionale bloquent encore les navires - les leurs et ceux de Corsica Linea - dans le port de Marseille. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Le trafic maritime entre Corse et Continent tourne toujours au ralenti. Au 7ème  jour de grève, les marins de la Méridionale bloquent encore les navires dans le port de Marseille. Un mouvement auquel s’ajoute celui entamé mardi par la CGT des dockers.

Fortes perturbations

Le mouvement des dockers a bloqué toute la journée de mardi, notamment le port de Marseille - et celui de l'Ile Rousse où le Monte d'Oro est resté coincé, après avoir débarqué son fret sous protection policière. Le mouvement des dockers s'additionne donc à celui de La Méridionale alors que la CGT a rejoint le STC et la CFTC dans la grève. Deux des bateaux de la Méridionale et trois de Corsica Linea sont bloqués dans le port de Marseille, depuis vendredi dernier. Depuis une semaine, en fait, il n'y a plus aucun trafic régulier entre la Corse et Marseille. D'ailleurs sur son site Corsica Linea annonce l'annulation des traversées au moins jusqu'à vendredi. 

Les transporteurs en première ligne

Hors Marseille, d'autres destinations - Toulon et Nice surtout - sont desservies par Corsica Linea mais aussi, ne l'oublions pas, par Corsica Ferries. Corsica Ferries, qui pourrait faire naviguer un navire supplémentaire. Parce que toutes ces perturbations dans les transports maritimes ont un impact sur l'économie insulaire et notamment en première ligne pour les transporteurs. Si une solution rapide n'est pas trouvée, certains prévoient tout simplement des mesures de chômage technique pour les chauffeurs notamment.

Jean-Marie Maurizi

Emmanuel Cherici, directeur de la Casincaise

La résolution du conflit est donc suspendue, pour les marins, à un accord entre les deux compagnies, Méridionale et Corsica Linea, pour l'organisation de la future desserte. Une réunion sur la future SEMOP avait d'ailleurs lieu ce mardi sous l'égide de l'office des transports, mais pas un mot n'a filtré. 

Reprise du dialogue ? 

De son côté et pour la première fois depuis le début du conflit, Marc Reverchon, le PDG de la Méridionale sort de son silence. Dans un communiqué il indique que la compagnie réunit les conditions auprès de Corsica Linea pour un dénouement rapide de la situation. Il précise que le dialogue a repris entre les deux compagnies et ajoute que la Méridionale dans ce projet industriel commun accepte de réduire à deux le nombre de bateaux desservant la Corse à condition qu'ils soient placés sur les lignes de Bastia et Ajaccio en partage avec Corsica Linea dans le cadre de la prochaine DSP. Le PDG de la Méridionale affirme qu'un accord sur ces bases permettra de mettre fin à la situation de blocage.

Des déclarations démenties du côté de la Corsica Linea. Le directeur général de la compagnie, Pierre-Antoine Villanova, dénonce ce mardi, dans le quotidien Corse-Matin, l’attitude malsaine du PDG de la Méridionale, qui « fait croire à ses marins et actionnaires qu’une sortie de crise est en passe d’être actée ». Selon lui, « faire croire que nous sommes en train, de trouver un compromis relève de la pure manipulation.»

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu