Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Mérignac : combien de dimanches travaillés dans les commerces l'an prochain ?

lundi 9 novembre 2015 à 17:38 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

La loi Macron donne désormais la possibilité aux commerces d'ouvrir 12 dimanches par an . Mais à Mérignac, la municipalité n'a pas encore dit si elle allait donner son autorisation. Au centre commercial Mérignac-Soleil, clients et employés sont divisés sur l'intérêt d'ouvrir plus de dimanches.

Le centre commercial Mérignac-Soleil
Le centre commercial Mérignac-Soleil

Mérignac, France

où l'on reparle de l'ouverture des magasins le dimanche : la Loi Macron autorise désormais les commerces à ouvrir 12 dimanches par an .  Mais cette autorisation est soumise à l'avis des municipalités. A Mérignac, où se trouve notamment le grand centre commercial Mérignac-Soleil, l'un des plus importants de Gironde,  les élus s'interrogent : combien faut-il autoriser d'ouvertures pour l'an prochain ?  La question n'est pas encore tranchée, et preuve qu'elle embarasse la majorité municipale, l'examen du dossier, qui devait intervenir lundi soir  en Conseil Municipal, a été reporté à la mi-décembre. 

Rien n'est encore décidé, mais les employés de l'hypermarché  Carrefour et des 90 boutiques de la galerie commerciale sont très divisés à l'idée de travailler plus de dimanches dans l'année.  Jusque là, l'autorisation portait sur 5 dimanches par an, principalement avant et pendant les fêtes de fin d'année. 

Qu'en pensent les employés du centre commercial ?

Pourquoi pas de temps en temps, ça peut être un plus financièrement, et ça  peut m'aider pour mes fins de mois. Je ne ferai pas tous les dimanches d'ouverture, mais j'en ferai quelques-uns.

— Annabelle, vendeuse dans un magasin de vêtements pour homme

Un avis partagé par pas mal de salariés, pour qui travailler une dizaine de dimanches dans l'année serait le grand maximum

Mon conjoint est amené à travailler certains dimanches, moi je travaille tous les samedis, donc nos week-ends sont déjà bien entamés. Après, on a une vie à côté, on a une vie de famille, on ne peut pas non plus être là tous les dimanches de l'année.

— Caroline travaille dans une boutique de lingerie

Certains employés sont en revanche carrèment contre, et reconnaissent que s'ils viennent travailler des dimanches supplémentaires, ce sera contraints et forcés.

Passer tous ces dimanches en boutique, on a autre chose à faire quand même. Pour les fêtes, je trouve cela normal, mais après, je considère que c'est trop. On ne peut pas consommer tout le temps. Si on ouvre la nuit, les gens vont venir faire les magasins la nuit ?

— Claire, employée d'une boutique de prêt-à-porter

Les clients eux aussi sont partagés sur la question .

Ma mère est dans la grande distribution, je sais ce que c'est d'avoir ces dimanches sacrifiés, on n'a plus de vie. Donc, même si c'est ouvert, je ne viendrai pas le dimanche.  — Elodie

Mais d'autres sont pour cette ouverture le dimanche. 

Le dimanche, j'ai plus de temps, et je me dis que ce serait une bonne occasion de venir faire les magasins. On est dans une époque où tout est ouvert h 24, donc çà ne me pose aucun problème éthique, aucun problème de conscience.

— Claire

"Etes-vous prêts à fréquenter le centre commercial Mérignac-Soleil le dimanche?"

Aucune décision n'est donc prise pour l'instant. Reste à voir quelle sera l'attitude des autres galeries commerciales de l'agglomération bordelaise.  Sur cette question des autorisations à accorder , Alain Juppé, en tant que président de la Métropole, a sollicité l'avis de la CCI, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux et de la Gironde.