Économie – Social

Mérignac : François Hollande chez Dassault pour saluer la vente du Rafale à l'étranger

France Bleu Gironde mardi 3 mars 2015 à 15:35

Dans l'usine d'assemblage du Rafale, à Dassault-Mérignac
Dans l'usine d'assemblage du Rafale, à Dassault-Mérignac © Radio France

Le chef de l'État est attendu ce mercredi en début d'après-midi à Mérignac pour une visite-express à l'usine Dassault, où est assemblé l'avion de combat. Le président de la République pourrait annoncer une nouveau contrat à l'export pour le Rafale, après sa vente à l'Égypte.

François Hollande fait un court passage en Gironde ce mercredi en ce mercredi d'après-midi : le chef de l'État est attendu à 14h à l'usine Dassault à Mérignac, là où est assemblé le Rafale.

L'avion de combat vient de décrocher son 1er contrat à l'export : 24 exemplaires ont été vendus à l'Égypte pour un montant de 5 milliards d'euros. Cette visite présidentielle sera l'occasion de célébrer une bonne nouvelle pour l'économie française, et peut-être d'annoncer un nouveau contrat à l'étranger. C'est la première venue du président de la République dans notre département depuis deux ans. Auparavant, il était venu deux fois en moins de deux mois début 2013. D'abord, en janvier, à l'aérocampus de Latresne, puis le 16 mars 2013 pour l'inauguration du Pont Chaban-Delmas, aux côtés d'Alain Juppé et de Vincent Feltesse, alors président de la CUB,  un an avant leur affrontement aux municipales. Depuis, Vincent Feltesse a perdu ce scrutin, et est devenu son conseiller à l'Élysée.

François Hollande inaugurait en mars 2013 le Pont Chaban-Delmas, à Bordeaux
Cette fois, aucun bain de foule n'est prévu, il s'agira vraiment d'une visite éclair. François Hollande ne passera pas plus d'une heure et quart dans l'usine de Mérignac. Il doit visiter la chaîne de montage, puis prendre la parole aux alentours de 14h 45. Il s'envolera ensuite vers 15 h 15 pour Madrid, où il va participer dans la soirée à un sommet avec l'Espagne et le Portugal consacrés aux questions d'énergie.  La fabrication du Rafale donne du travail à quelque 7.000 personnes, et près  500 entreprises sous-traitantes. Parmi elles, la société Fresson, à Pessac. Elle emploie 40 salariés, et fabrique des pièces mécaniques pour les avions. 

"C'est important pour nous, parce que ça va nous rapporter du travail. Grâce à ce contrat, et à d'autres possibles contrats, Dassault va augmenter les cadences dans ses différents sites français, et cela aura des répercussions positives pour notre entreprise, pourquoi pas des embauches en cas de nouveaux contrats." — Henri-Paul Pingaud, directeur de l'usine Fresson, à Pessac.

"La vente du Rafale à l'étranger, avec ou sans transfert de technologie, çà reste une bonne nouvelle"