Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mérignac : Sabena Technics écartée d'un appel d'offres de l'armée, la municipalité monte au créneau

-
Par , France Bleu Gironde

Le maire de Mérignac en appelle au Ministère des Armées pour sauver Sabena Technics. Alain Anziani s'indigne dans un communiqué que l'entreprise qui emploie 1 000 personnes sur sa commune ait été écartée de l'appel d'offre pour la maintenance de Falcon de la Marine.

Alain Anziani, maire de Mérignac, juge "incompréhensible" la décision du Ministère des Armées
Alain Anziani, maire de Mérignac, juge "incompréhensible" la décision du Ministère des Armées © Radio France - Camille Huppenoire

Alain Anziani tire ce jeudi la sonnette d'alarme pour préserver l'avenir de l'entreprise Sabena Technics, qui emploie près de 3 000 salariés en France, dont plus de 1 000 à Mérignac. Elle a été "écartée de l'appel d'offre pour la maintenance des Dassault Falcon 200 Gardian et des Dassault Falcon 50 de la Marine", explique le maire de Mérignac et président de Bordeaux Métropole, dans un communiqué. Une décision "incompréhensible" qui pourrait avoir des "conséquences désastreuses", précise-t-il.

Défendre l'industrie française

Et pour cause, à ce stade, ce marché représente un chiffre d'affaire annuel de 40 millions d'euros et mobilise une centaine d'emplois chez Sabena Technics. Or, selon la municipalité de Mérignac, le Ministère des Armées serait sur le point de le confier à "une société suisse, à capitaux américains". Un choix qui rappelle à Alain Anziani un "épisode douloureux". Celui qui a accéléré la chute du prédécesseur de Sabena Technics, EADS Sogerma, après la perte du contrat d'entretien des Hercule C130 de l'armée.

Une telle décision serait totalement contradictoire avec l'esprit du plan de relance aéronautique - Alain Anziani, maire de Mérignac

Alain Anziani s'interroge également sur la pertinence d'une telle décision alors que la pandémie de coronavirus a plongé le secteur de l'aéronautique tout entier dans la crise et que l'État ne cesse, dit-il, "de rappeler la nécessité d'une souveraineté industrielle française". Le maire de Mérignac appelle enfin la Ministre des Armées et le Ministre de l'Économie "à prendre en compte la survie d'un acteur industriel au savoir-faire confirmé".

De son côté, le syndicat Force Ouvrière juge cette décision du ministère, "dénuée de toute logique économique, industrielle et sociale", quelques jours après que le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire a déclaré dans la presse que "dans tous les cas de figure l'État sera derrière ces sites industriels et derrière les salariés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess