Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mesure d'isolement de la Grande-Bretagne : à Calais, les camions restent à quai

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le trafic transmanche est en grande partie suspendu, depuis dimanche soir. Le temps de définir un protocole sanitaire pour les personnes, routiers compris, qui arrivent de Grande-Bretagne, où sévit la nouvelle souche de Covid-19. Un casse-tête, à deux jours de Noël, pour les transporteurs.

Le suspension du trafic transmanche en provenance de la Grande-Bretagne perturbe le fonctionnement des transporteurs routiers. Retour impossible, avant Noël, pour les conducteurs.
Le suspension du trafic transmanche en provenance de la Grande-Bretagne perturbe le fonctionnement des transporteurs routiers. Retour impossible, avant Noël, pour les conducteurs. © Radio France - Emmanuel Bouin

Ce lundi, les navettes d’Eurotunnel et les ferries continuent de tourner, mais simplement en direction de la Grande-Bretagne. GetLink indique que les deux-tiers des camions prévus ce jour sont effectivement passés, avec des fruits et légumes et des colis de e-commerce. Au port de Calais, environ 1.000 camions ont traversé, soit une journée à peu près normale, après les journées montres de la semaine dernière, avec plus de 3.000 camions.

Mais, aucun retour n'est possible, pour les chauffeurs routiers, après leurs livraisons. Alors, à Calais, chez le transporteur Carpentier, où le Royaume-Uni représente un tiers de l'activité, David Sagnard, a décidé de maintenir une douzaine de camions à quai. Ils étaient pourtant déjà chargés. 

Arrêt forcé, pour les camions

C’est plus de 20. 000 euros de pertes, par jour, et sans porte de sortie, souligne le patron du transporteur : "On cherche une solution alternative, avec de la remorque non accompagnée. Mais on se retrouve avec une problématique insoluble. Les compagnies maritimes ne peuvent prendre qu'un nombre de remorques très limité ; il faut trouver un partenaire qui vienne chercher la remorque à l'arrivée... en sachant que le port de Douvres est inaccessible en raison des très nombreux camions."

Et après ce confinement de 48 heures, les jours s’annoncent très incertains également. Les transporteurs ont vérifié : il faut compter 48 heures pour obtenir un rendez-vous pour tester les chauffeurs. Et ensuite, il y a encore deux jours pour les résultat. Ce qui est totalement incompatible avec une activité de fret. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess