Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Météo et Covid-19, double aléa pour les stations de ski des Pyrénées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie

Malgré l'incertitude liée à l'épidémie de coronavirus, et à la date de fin du confinement, les stations de sport d'hiver pyrénéennes ont enclenché leur préparation, comme d'habitude ou presque.

A Luchon-Superbagnères, la neige n'est pas encore arrivée, mais commerçants et gérants se tiennent prêts pour ouvrir, une fois le confinement terminé.
A Luchon-Superbagnères, la neige n'est pas encore arrivée, mais commerçants et gérants se tiennent prêts pour ouvrir, une fois le confinement terminé. © Radio France - Mathieu Ferri

Dans le vent froid des sommets, les volets des commerces de Superbagnères rouvrent doucement, et ça usine à l’intérieur. Comme d’habitude à cette période, avant l'ouverture de la saison, François mène des petits travaux dans son bar-restaurant "La Luge", implanté dans la station de ski de Haute-Garonne, à 1.800 mètres d'altitude.

Mais cette année, il est refroidi par le contexte : "Pour le moment, je suis comme tout le monde, je suis sceptique. L'État ferme tout, les restaurants et hôtels sont fermés, et nous, on ne vit que du tourisme. Et puis il faut qu'il y ait la neige aussi ! Pour nous, c'est un double aléa cette année : la neige, et le Covid. La neige, elle viendra. Le Covid, on verra".

"La neige, elle viendra. Le Covid, on verra."

Dans son bar-restaurant, François mène des petits travaux comme chaque année, pour être prêts pour l'ouverture.
Dans son bar-restaurant, François mène des petits travaux comme chaque année, pour être prêts pour l'ouverture. © Radio France - Mathieu Ferri

La réouverture des pistes et celle des commerces, ça ne s’improvise pas du jour au lendemain. Alors il faut être prêt pour le 5 décembre, date d'ouverture prévisionnelle de la station, même si le confinement doit être rallongé.

Préparation normale, pour une saison normale

"On essaie de ne pas être dans l'inquiétude" explique Joris Pupunat, le directeur adjoint de la station de Superbagnères. "Du moment où on a pu travailler sur site pendant ce confinement, on se prépare normalement, à une saison de ski normale".

"On se prépare normalement, à une saison de ski normale."

Et comme tous les professionnels du secteur, il espère qu’on pourra skier à Noël, si la neige est là, et que le confinement le permet : "on espère tous pouvoir ouvrir, surtout pour ces vacances de Noël, car économiquement, les vallées en ont besoin". Il faut dire que selon les stations pyrénéennes, les fêtes de fin d'année représentent 25% à 30% du chiffre d’affaires d’une saison. En bref, si les premiers week-ends de décembre sont confinés, ça sera un moindre mal. La filière espère que la liberté de mouvements pourra être de retour le 15 décembre au plus tard, pour pouvoir assurer les vacances.

Les gens auront besoin d'aller en montagne - Michel Poudade, président de la Confédération pyrénéenne du tourisme

"L'économie de la montagne et de notre territoire dépend de l'ouverture des stations de ski, prévient à son tour, président de la Confédération pyrénéenne du tourisme, Michel Poudade. "Il serait inimaginable pour nous de penser qu'on peut faire une année blanche. On ne peut pas faire l'impasse", confirme-t-il sur France Bleu Occitanie alors que toutes les équipes travaillent pour être prêtes à ouvrir le jour J. Même s'il reconnaît que "la période particulière de pandémie pose question au niveau des protocoles qui seront alors à mettre en oeuvre". Les réservations avaient bien commencé avant de connaître un arrêt dès le début du confinement. "Mais nous ne sommes pas inquiets parce que les gens auront besoin d'aller en montagne avec une surfréquentation comme on a connu cet été", enchaîne celui qui est aussi maire des Angles, dans les Pyrénées Orientales.

"Il serait inimaginable pour nous de penser qu'on peut faire une année blanche", affirme Michel Poudade, président de la Confédération Pyrénéenne du Tourisme.

Un besoin de grand air après le confinement ?

Ainsi, dans la boutique de location de skis, juste à côté du restaurant de François, Julie se veut optimiste : "parce qu'on se dit que si on est déconfinés, les gens vont avoir besoin de venir respirer le grand air, de venir profiter de la montagne. Et nous, on sera prêts à les accueillir". Julie, comme tous les commerçants, a d'ailleurs investi dans des nouveaux matériels de désinfection, pour quand sa boutique rouvrira.

Reste la question des travailleurs saisonniers, à qui les gestionnaires des stations de ski font appel pour l'hiver, tous comme les commerçants. "Si on reste confinés, ça va être très problématique" poursuit Julie. "Parce qu'ici j'ai sept salariés, mais je peux rien leur promettre ! Je ne sais pas quoi leur dire...".

Des saisonniers qui ne savent pas encore s’ils pourront travailler, ni quand, s’il y aura du chômage partiel ou non, etc. Entre le Mourtis (la station voisine) et Superbagnères, ils sont une centaine à attendre la neige… et la fin du confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess