Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève à la SNCF : un barbecue sous les fenêtres d'un député à Metz

jeudi 3 mai 2018 à 17:45 Par Clément Lacaton, France Bleu Lorraine Nord

Une cinquantaine de manifestants de la CGT cheminots, de Sud rail, Solidaires et de la CFDT ont manifesté ce jeudi à Metz, devant la permanence du député En Marche Belkhir Belhaddad.

Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. © Radio France - Noémie Koppe
Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. © Radio France - Noémie Koppe © Radio France - Noémie Koppe

Metz, France

Les saucisses sont cuites, mais les carottes pas encore ! Une cinquantaine de manifestants de la CGT cheminots, de Sud rail, Solidaires et de la CFDT se sont donné rendez-vous pour un barbecue ce jeudi midi dans le centre-ville de Metz pour maintenir la pression sur le gouvernement dans le dossier SNCF.

Je ne sais pas si c'est la méthode Macron, mais si ça consiste à faire voter et discuter après..."

Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. - Radio France
Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. © Radio France - Noémie Koppe

L'endroit n'était pas choisi au hasard : un barbecue sous les fenêtres de la permanence parlementaire du député En Marche de Moselle Belkhir Belhaddad. Les organisateurs avaient aussi demandé de le rencontrer, mais l'odeur des merguez n'a pas vraiment attiré l'élu de la majorité, qui a pris le train pour Paris une heure avant. Ce député a accepté néanmoins de les recevoir ce vendredi matin à 9h, pour une heure de discussions. Belkhir Belhaddad se dit "ouvert au dialogue sans aucun tabou".

"Il est ouvert au dialogue et nous aussi"

"C'est une bonne chose, se réjouit Jean Riconneau, l'un des responsables de la CGT cheminots en Lorraine. Il est ouvert et nous aussi. Nous voulons connaître sa vision des choses, s'il cautionne la façon de faire du gouvernement."

Au 13ème jour de grève ce jeudi, hors de question de baisser les bras, même si le gouvernement essaie de passer en force, regrette-t-il : "Je ne sais pas si c'est la méthode Macron, mais si ça consiste à faire voter et discuter après... On veut échanger sur les votes qui ont eu lieu, sur les différents projets de loi, notamment celui qui a été voté le 17 avril (...). La commission des finances s'est réunie le lendemain. Pour nous c'est un débat démocratique tronqué, car normalement les commissions servent à débattre avant de faire voter un projet de loi."

Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. - Radio France
Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. © Radio France - Noémie Koppe
Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. - Radio France
Manifestation devant la permanence du député mosellan Belkhir Belhaddad, à Metz, le 3 mai 2018. © Radio France - Noémie Koppe

Pour Nicolas Wernet, de chez Sud rail Metz-Nancy, "c'est un rassemblement plutôt sympathique, bon enfant, on n'a pas l'intention d'agresser, de dégrader sa permanence. Non, simplement porter symboliquement notre voix au niveau du parti de la République en marche. Je ne pense pas que lundi la réforme sera retirée..."

Lundi, le Premier ministre Edouard Philippe doit rencontrer les syndicats, mais ici on ne se fait pas trop d'illusions.

REPORTAGE FRANCE BLEU LORRAINE NORD / CLEMENT LACATON