Économie – Social

Mia Electric en liquidation judiciaire : 204 licenciements

Par Giraud William, France Bleu Poitou mercredi 12 mars 2014 à 13:32 Mis à jour le mercredi 12 mars 2014 à 15:59

Les salariés de Mia quittent leur usine pour la dernière fois, leurs affaires sous le bras.
Les salariés de Mia quittent leur usine pour la dernière fois, leurs affaires sous le bras. © Radio France - Thomas Bénech.

Le fabricant de voitures électriques Mia Electric a été placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Niort ce mercredi. La Région Poitou-Charente détient 12% des parts de la société, mais elle n'a rien pu faire. La Présidente de Région a réagi sur France Bleu Poitou : Ségolène Royal déplore la frilosité des investisseurs dans ce dossier.

La présidente de la région Poitou-Charentes n'a rien pu faire. Le tribunal de commerce de Niort a prononcé ce mercredi la liquidation judiciaire de Mia Electric, fabricant de voitures électriques qui emploie 204 salariés à Cerizay, dans les Deux-Sèvres. Ségolène Royal regrette que les problèmes de trésorerie de l'entreprise n'aient pu être résolus. 

Ségolène Royal : "Il y a un paradoxe et les problèmes de pollution et la voiture électrique si peu présente sur le territoire"

Pour Ségolène Royal, la voiture électrique est un "produit de l'avenir qui correspond à un besoin impératif pour la santé publique ". Et le "grand écart " entre le discours sur la protection de l'environnement et les actes ne peut pas durer. Une voiture électrique 100% française aurait dû trouver son marché en France. 

Olivier Chartier, le porte-parole de l'opposition au Conseil Régional estime de son côté que la liquidation de Mia Electric est d'abord l'échec de Ségolène Royal

Pour l'Ump Olivier Chartier, l'échec de Mia Electric est celui de Ségolène Royal

Cerizay, 5.000 habitants, a déjà subi en octobre 2013 la liquidation du carrossier Heuliez, qui employait 280 salariés. Maintenant, c'est au tour de Mia Electric de mettre la clef sous la porte, et de renvoyer 204 personnes. Ces salariés ont fait leurs cartons en quatre heures, ce mercredi, pour quitter l'usine.Nicolas est l'un d'entre eux, il a 50 ans et travaillait chez Mia Electric depuis trois ans. Il en parle déjà au passé. 

MIA liquidée réaction d'un salarié licencié

Partager sur :