Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Michelin à Joué-lès-Tours : La direction France estime avoir rempli ses obligations

mardi 3 octobre 2017 à 11:57 - Mis à jour le mardi 3 octobre 2017 à 15:45 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

La direction nationale de Michelin veut refermer le chapitre du plan social de Joué-lès-Tours. Reste la réindustrialisation des 22 hectares déconstruits. Michelin Développement a présenté 15 dossiers aux élus locaux représentant quelques 500 emplois : 8 ont été refusés, 6 seraient encore à l'étude.

michelin
michelin © Radio France - Emmanuel Moreau

Joué-lès-Tours, France

En 2013, le plan social signé entre la Direction et les syndicats acte la suppression de 706 postes sur le site de Joué-les-Tours avec le départ de l'activité pneu poids-lourds. Mais s'ajoute à cela plusieurs engagements.

Tout d'abord l'accompagnement de chacune des 906 personnes du site : selon le directeur France, Remi de Verdilhac, tous ont trouvé une solution professionnelle sauf 6 qui sont toujours accompagnés et rémunérés. 200 personnes sont restées à Joué-lès-Tours, 159 ont rejoint d'autres sites de production Michelin en France, 380 sont parties en prè-retraite et enfin 167 ont quitté l'entreprise et ont suivi une reconversion au sein des ateliers de Mame.

Autre obligation, le réaménagement du site. Il est totalement réalisé depuis décembre 2016 sur les 10 hectares qu'occupent encore l'entreprise. Sur les 22 autres hectares, Michelin a déconstruit les bâtiments, nettoyer le site et dépolluer pour permettre la réinstallation d'activités industrielles. Ce travail de BTP et de déconstruction a représenté quelques 22 millions d'euros.

806 emplois créés en Indre-et-Loire

Parmi les obligations de Michelin après ce plan social, il y avait également la création d'emplois dans le département via un fonds dédié : toujours selon la direction de Michelin, les objectifs ont été dépassé avec quelques 806 emplois créés essentiellement dans des PME, des emplois pèrennes en CDI ou en CDD de plus de 6 mois. L'enveloppe financière était de quelques 4 millions d'euros

Enfin dernière obligation, réinvestir sur le site de Joué-lès-Tours; C'est chose faite disent les dirigeants avec la reconfiguration de l'usine, la construction d'une nouvelle chaufferie pour 3 millions d'euros ou encore les travaux sur les réseaux enterrés preuve selon le directeur du site tourangeau, Olivier de Chassey que "Michelin considère que son site est devenu pérenne et performant".

15 projets d'entreprises présentés aux élus tourangeaux pour les 22 hectares en friche

C'est Michelin Développement qui est à la manœuvre sur ce dossier de réinstallation d'entreprises sur les 22 hectares libérés, nettoyés et dépollués en bord de rocade à Joué-lès-Tours. Aucune obligation légale n'est faite à Michelin dans la convention de revitalisation.

15 dossiers "de qualité" ont été présentés par Michelin Développement au comité de suivi composé du Préfet et des élus locaux : selon les dirigeants de l'entreprise, 8 ont été refusés représentant quelques 300 emplois et 6 seraient à l'étude pour un total de 200 emplois. Pour l'instant seul Dalkia s'est installé sur un terrain vendu au prix symbolique d'1 euro. Un sous-traitant automobile était interessé par un batiment sur le site, mais le Maire de Joué-lès-Tours aurait demandé que ce batiment soit rasé pour des raisons esthétiques.

Une chose est sûre, les relations sont pour le moins distantes entre les dirigeants de Michelin qui considèrent être au bout de la restructuration du site et pouvoir tourner la page comme l'a dit le directeur de Michelin France et des élus, absents de l'inauguration mardi 3 octobre des nouveaux aménagements du site.

Manifestation à l'appel des syndicats SUD et CGT pendant l'inauguration officielle du site réaménagé

Des salariés des équipes du matin avaient décidé de manifester devant les grilles de l'entreprise de Joué-lèes-Tours. Pour eux, le dialogue social est moins d'être serein, ils protestaient contre les pressions qu'ils disent subir de la direction malgré les efforts et le travail fournis par les équipes. Ils ne sont pas non plus rassurés par le discours disent-ils sur la pérennité du site car "en 2011" explique Jérôme Bourgeois délégué SUD et secrétaire du comité central d'entreprise de Michelin Joué, " ils ont investi plus de 20 millions et ça n'a pas empêché 2 ans après le plan social."