Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Michelin : l'inquiétude des anciens salariés de l'usine de Joué-lès-Tours venus poursuivre leur carrière en Vendée

-
Par , France Bleu Touraine

Le groupe français Michelin a annoncé mercredi la fermeture d'ici à 2021 de l'une de ses usines en Allemagne. En Vendée, les syndicats s'inquiètent également pour l'avenir du site. Parmi les 650 employés, une quinzaine a déjà vécu une première fermeture à Joué-Lès-Tours, en 2013.

L'usine Michelin de La Roche-sur-Yon, mardi 17 septembre.
L'usine Michelin de La Roche-sur-Yon, mardi 17 septembre. © Radio France - Marc Bertrand

Joué-lès-Tours, France

Alors que Michelin a annoncé la fermeture d'une usine en Allemagne, les 650 salariés du site de La Roche-sur-Yon, en Vendée, craignent de perdre leur emploi. La situation de cette usine spécialisée dans les pneus pour poids lourds est assez préoccupante. Elle subit également la pression exercée par de nouveaux concurrents chinois ces dernières années. 

Parmi les employés, une quinzaine de salariés de l'ancien site de la fabrication du poids lourds de Joué-Lès-Tours, fermé en 2013, ne veulent pas revivre la même situation. 

"C'est comme un traumatisme"

Si ces anciens de Joué-Lès-Tours préfèrent ne pas s'exprimer pour le moment, beaucoup sont inquiets assure Benoit Dugas, élu CGT sur le site de La Roche-Sur-Yon : "C'est comme un traumatisme. Ils savent ce qu'il peut se passer et ils ne veulent pas le revivre."

La mutation en Vendée n'a déjà pas été facile :  "Ils ont déjà dû déménager et se reconstruire comme ils ont pu à La Roche-Sur-Yon. On leur avait fait des promesses mais aujourd'hui beaucoup ont du mal à dormir et viennent stressés au travail". 

Pour l'heure, rien a été annoncé et l'usine continue de fonctionner même si elle a réduit sa production. Une situation qui laisse peu d'espoir pour la suite selon Benoit Dugas. Le syndicat demande par ailleurs plus de transparence de la part de la direction du groupe Michelin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu