Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Michelin : les salariés laissent éclater leur colère

-
Par , France Bleu Touraine

Après une manifestation et une matinée de discussions plutôt calmes, mardi 8 octobre, le millier de grévistes de Michelin a laissé éclater sa colère. En début d'après midi, ils ont envahi la salle où se tenaient les négociations avec la direction, avant d'occuper la rocade ouest de Tours pendant plus d'une heure et demi, provoquant d'importantes perturbations.

Les salariés de Michelin Joué-lès-Tours ont laissé exploser leur colère.
Les salariés de Michelin Joué-lès-Tours ont laissé exploser leur colère. © Radio France

Dès mardi matin, les grévistes de Michelin étaient presque un millier àdéfiler dans les rues de Joué-lès-Tours. Ils ont rapidement rejoint l'Espace Clos Neuf où se tenait un Comité central d'entreprise.

L'objectif de cette nouvelle mobilisation était clair : obtenir des représentants de la direction des engagements sur l'avenir des salariés et les indemnités proposées. Mais après plusieurs heures de discussions, une centaine d'employés, attendant à l'extérieur, a envahi le bâtiment. "On voulait qu'ils nous disent enfin ce qu'il allait se passer et qu'ils arrêtent de nous faire attendre , raconte Jérôme Joly, employé chez Michelin. Ca fait quatre mois que l'on attend, que leurs décisions sont décalées et que, nous, on stagne."

"Ils ont préféré fuir de la salle et ils ne nous ont même pas écouté ." Jérôme Joly, employé Michelin depuis huit ns.

Selon les syndicats, le représentant de la direction aurait été extrait de la salle par des gardes du corps, laissant les manifestants très énervés.

Le milliers de bibs s'est alors dirigé vers la rocade ouest, juste à côté de l'usine. "Les employés sont montés sur la route et ont coupé la circulation, explique Claude Guillon, délégué CGT. Nous sommes restés près d'une heure et demi."

"Mille salariés en colère devant l'enseigne du Bibendum tout sourire, ça tranche!" Claude Guillon, délégué CGT.

Les grévistes ont fini par rejoindre l'usine. Entre pneus brûlés et Bibendum dégonflé, ils ont tenu une assemblée générale. "Le mouvement va continuer jusqu'à ce que nous soyons entendus, martèle Jérôme Bourgeon, représentant Sud. On restera devant l'usine tant qu'il le faudra et que les salariés auront envie de se battre".  

Le débrayage reprend ce mercredi matin dès 5 heures.

" Ca fait des mois que les salariés attendent et là il y a eu une bouffée de colère."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess