Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Michto-Vino", la micro-vinerie née à Montreuil en plein confinement

-
Par , France Bleu Paris

En plein confinement, au printemps dernier, deux amis ont décidé de se lancer dans la production de vin en installant une micro-vinerie au fond d'un jardin à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Les premières bouteilles ont été vendues début decembre.

Florent Sabourin et Eric Tachin les fondateurs de "Michto Vino" à Montreuil (Seine-Saint-Denis)
Florent Sabourin et Eric Tachin les fondateurs de "Michto Vino" à Montreuil (Seine-Saint-Denis) © Radio France - Hajera Mohammad

L'idée leur est venue le 5 mai dernier, un soir, après avoir applaudi les soignants à 20 heures. Eric Tachin et Florent Sabourin, deux habitants de Montreuil (Seine-Saint-Denis) discutent alors avec un de leurs voisins qui leur raconte qu'il fait lui-même du vin à la maison. "Ça a fait tilt. On s'est dit si lui a réussi à faire du fin dans sa cuisine, il n'y a pas de raison que nous on ne puisse pas y arriver", se souvient Florent.

Du vin fabriqué au fond du jardin

Pour ce Montreuillois de 45 ans c'est aussi l'occasion de se reconvertir professionnellement, une idée qu'il avait depuis un moment. Le confinement l'a poussé à franchir le pas. Guide-interprète pour les touristes chinois, il s'est retrouvé sans travail dès le mois de janvier. Quant à Éric, 57 ans, cameraman et réalisateur de documentaires, ses activités ont été suspendues aussi en raison de l'épidémie.

Alors ce soir là, les deux amis décident de tout faire pour ouvrir leur "micro-vinerie" et pouvoir y  produire leur vin dès l'été suivant. En trois mois, il transforme un atelier qui servait de débarras dans le jardin d'Eric, en véritable chai. Ils achètent des cuves et font des allers-retours en Bourgogne et dans le Bordelais pour aller chercher du raisin bio. Ils vont même vendanger eux-même avec des amis. 

Un projet financé grâce à des économies et aux allocations chômage

Pour réussir ils peuvent compter sur le soutien d'amis et les conseils de vignerons expérimentés. "Ce que je retiens de cette aventure, c'est vraiment ces rencontres avec ces vignerons, le partage de savoir et de connaissances qu'ils nous ont transmis avec une grande générosité", insite Éric. Ils mettent leurs économies sur la table : 15.000 euros et une partie des allocations chômage de Florent. "On a la chance de vivre dans un pays où il y a un système de protection sociale avec ces allocations chômages, si je n'avais pas eu cette chance là, jamais je n'aurais pu me lancer", assure ce dernier.

"Sans ce premier confinement, jamais on aurait eu cette idée" - Éric, co-fondateur de "Michto Vino" à Montreuil (Seine-Saint-Denis)

150 bouteilles déjà vendues

Les deux nouveaux associés parviennent finalement à produire 1.400 litres de vin - du pinot noir, du chardonnay et du gamay - et début décembre, les 150 bouteilles de leur première cuvée baptisée "Nouveau-Né" sont commercialisées lors du marché paysan de Montreuil. C'est c'est un succès, à 12 euros la bouteille, elles se vendent comme des petits pains. "On a commencé le vendredi et le samedi midi, on avait tout vendu", raconte Florent.

Les prochaines bouteilles seront commercialisées au printemps prochain, en vente directe. Les nouveaux producteurs espèrent doubler leur volume de production dès 2021.

"Michto-Vino", la micro-vinerie née à Montreuil en plein confinement
"Michto-Vino", la micro-vinerie née à Montreuil en plein confinement © Radio France - Hajera Mohammad

Reconversion professionnelle "grâce" à la crise

Pour se développer, ils vont lancer une campagne de financement participatif dès le mois de janvier. Si Eric a repris son métier de cameraman en parallèle de cette nouvelle activité, Florent lui a décidé de s'y consacrer à 100% et espère bien en tirer un salaire rapidement. "Sans ce premier confinement, jamais on aurait cette idée et cette folie de partir dans cette aventure", conclut Eric.  

"Michto-Vino", la micro-vinerie née à Montreuil en plein confinement

Choix de la station

À venir dansDanssecondess