Économie – Social DOSSIER : Travail / Emploi : un enjeu électoral 2017

Microcrédit : plus de 250 Limousins créent leur entreprise chaque année grâce à l'ADIE

Par Lucas Valdenaire, France Bleu Limousin mardi 31 janvier 2017 à 18:25

L'an dernier en Limousin, l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE) a octroyé plus de 250 microcrédits.
L'an dernier en Limousin, l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE) a octroyé plus de 250 microcrédits. © Radio France - Lucas Valdenaire

Le microcrédit est à l'honneur. Cette semaine, l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE) organise son "festival" du microcrédit. Une méthode de financement accessible, notamment aux demandeurs d'emploi interdits bancaires. Plus de 250 Limousins en ont bénéficié l'an dernier.

Sur le territoire Limousin, ils sont de plus en plus nombreux à tenter l'aventure chaque année : créer sa propre entreprise grâce au "microcrédit" de l'ADIE. L'Association pour le droit à l'initiative économique organise d'ailleurs sa semaine du microcrédit jusqu'au 3 février avec des réunions et des rencontres pour faire connaître cette méthode de financement. Sa mission : aider les demandeurs d'emploi les plus précaires à lancer leur activité.

"Reprendre confiance en soi"

"Dans la région, le microcrédit attire de plus en plus", confirme Laetitia Luneau, déléguée territoriale de l'ADIE en Limousin. "On est une région où le tissu économique local est principalement constitué de petites entreprises. La notoriété du microcrédit croît chaque année. Il y a dix ans, c'était quelque chose de totalement méconnu."

On essaie vraiment de faire un accompagnement personnalisé parce que le public est plus fragile. Même si la personne arrête son entreprise parce que ça n'a pas fonctionné, ou que ce n'est pas fait pour lui, on a quand même un taux d’insertion de 84%

On essaie vraiment de faire un accompagnement personnalisé parce que le public est plus fragile" - Laetitia Luneau de l'ADIE Limousin.

Ça veut dire qu'un bénéficiaire a quand même réussi à reprendre contact avec le milieu professionnel, à reprendre confiance en lui et après il retrouvera beaucoup plus facilement un emploi salarié

"Sans trésorerie, les banques ne prêtent pas"

Et parmi ceux qui ont passé le pas, il y a Philippe. Ce Limousin a repris le travail il y a deux mois jour pour jour. Après deux ans d'inactivité, il a monté son dossier auprès de l'ADIE avec à la clé : un micro-crédit de 3000 euros. Le voilà désormais commerçant sur les marchés du département :

Avec mes 3.000 euros, j'ai acheté un peu de matériel pour mon stand et mon premier stock. Si je n'avais pas eu le financement de l'ADIE, je n'aurais pas pu commencer mon activité. Sans trésorerie, les banques ne prêtent pas

"Avec ces 3 000 euros, j'acheté mon premier stock!" - Philippe, un bénéficiaire

L'année dernière, 84% des bénéficiaires de l'ADIE ont retrouvé le chemin de l'emploi - Radio France
L'année dernière, 84% des bénéficiaires de l'ADIE ont retrouvé le chemin de l'emploi © Radio France - Lucas Valdenaire

"J'ai envie d'être libre"

Aujourd'hui, Philippe est de retour à Pôle Emploi. Pas pour retrouver du travail mais pour partager son expérience avec Virginie, entre autres. Licenciée après 17 ans dans la grande distribution, elle est à la recherche de financement et de conseils pour lancer sa propre activité :

J'ai déjà une petite expérience dans la vente à domicile, alors j'ai dit pourquoi pas ! Et puis, j'ai envie d'être libre. Mais j'ai un souci, je suis interdite bancaire. Alors c'est très compliqué. Je n'ai pas vraiment besoin d'un gros financement, mais au moins une voiture qui roule...

Plus de 250 bénéficiaires l'an dernier

Si Virginie décroche son microcrédit, elle fera peut-être partie de ceux qui réussissent sur le moyen terme. En Limousin, plus de la moitié des entreprises sont encore en activité, trois ans après avoir décroché leur micro-crédit (59% exactement). Mais ce n'est pas le plus important pour Alexia, conseillère de l'ADIE :

"Le plus important est de se réinsérer professionnellement" - Alexia, conseillère ADIE

La fin en soi, ce n'est pas forcément de maintenir son entreprise mais c'est surtout de se réinsérer professionnellement : retrouver du travail, créer un réseau et donc améliorer sa situation financière

L'année dernière en Limousin, plus de 250 personnes ont bénéficié d'un microcrédit auprès de l'ADIE. Ce nombre a presque doublé en cinq ans.

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.