Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Les migrants de Calais

Migrants à Calais, baisse d'activité ou retombées économiques ?

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

La présence des migrants a fait fuir les Anglais, qui représentent le poumon de l'activité touristique et économique de Calais.Les hôteliers lancent la reconquête. Mais, on le dit moins, les migrants génèrent aussi des retombées économiques.

Dans les hôtels calaisiens, il y a plus de CRS que de touristes anglais
Dans les hôtels calaisiens, il y a plus de CRS que de touristes anglais © Radio France - Matthieu Darriet

Les professionnels du tourisme veulent rebondir à Calais, après une très mauvaise saison 2015. Ils ont souffert des blocages du port et du tunnel, liés à la disparition de MyFerryLink, et de l’image dégradée de la ville, renvoyée par les intrusions de migrants.

Le cours de la livre sterling est plutôt favorable, en ce moment. Il n’y a donc pas de raison d’enregistrer des baisses de chiffres d’affaires de 40%, comme l‘été dernier. Les hôteliers du Calaisis ont donc lancé la reconquête, en ciblant plus particulièrement les habitants du Kent.

Abraham Konaté est le Président du Club des hôteliers de Calais. Avec ses collègues, il a essayé de passer au-dessus du message très négatif des médias anglais.

On voulait apporter un autre son de cloche. On voulait dire qu'à Calais on continue de bien vivre, de se balader sur le front de mer, d'aller au restaurant. Il nous fallait des relais, des portes-paroles.

Les hôteliers ont donc lancé un jeu avec cinquante nuits à gagner, à Calais. Les premiers gagnants sont venus et son repartis ravis. En espérant qu’ils disent bien fort que « non, Calais n’est pas Bagdad ».

Rappelons qu’avant leur désertion, les Anglais représentaient jusqu’à 70% de la clientèle des hôtels de tourisme, entre mars et octobre.

A LIRE AUSSI > VIDÉO - Antoine Ravisse, agent maritime : "Il faut montrer une autre image de Calais"

Les migrants, des retombées économiques positives

Les CRS occupent 1 500 des 2 500 chambres d'hôtel du Calaisis - Radio France
Les CRS occupent 1 500 des 2 500 chambres d'hôtel du Calaisis © Radio France - Matthieu Darriet

Les forces de l'ordre occupent près de 1 500 des 2 500 chambres disponibles sur le Calaisis. Et on les voit aussi à Saint-Omer, Boulogne et Dunkerque. Et même si leurs tarifs sont négociés, ils ont permis de passer l’hiver.

Même s’il n’existe pas encore d‘étude sur les retombées économiques liées aux migrants, il y a des signes, comme ces centaines d’employés chargés de vérifier les camions sur le port de Calais ou au tunnel sous la Manche. Ce sont les Anglais qui payent, en partie, mais c’est bien de l’emploi local.

Globalement, toutes les entreprises de sécurité sont très sollicitées, y compris pour veiller sur les magasins où les migrants vont faire leur courses et dépensent de l’argent.

Et quand l’association l’Auberge des migrants dépense 100 000 euros par mois, elle fait tourner de nombreux fournisseurs. Tout comme les bénévoles venus de loin, qui s’installent pour quelques semaines dans la région. Il y aussi les 160 postes créés par La Vie active pour gérer le centre Jules-Ferry.

Enfin, l’Insee a décidé de comptabiliser les migrants dans son recensement de la population calaisienne, ce qui va entraîner 440 000 euros de dotation en plus de l‘Etat, dans les caisses de la ville.

Choix de la station

France Bleu