Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Migrants : des locaux de l'université de Poitiers occupés puis évacués par des étudiants

jeudi 30 novembre 2017 à 18:28 Par William Giraud, France Bleu Poitou

L'occupation avait débuté mercredi. Elle s'est poursuivie jusqu'à ce jeudi midi. Les étudiants réclamaient un toit pour les migrants mineurs qui n'ont pas d'endroit où dormir. Certains de ses migrants ont même dormi dans les locaux de l'université.

Le hall et un amphi de la fac de sciences occupés.
Le hall et un amphi de la fac de sciences occupés. © Radio France - William Giraud

Poitiers, France

Trois jeunes migrants ont passé la nuit de mercredi à jeudi dans un amphi de la fac de sciences avec des sacs de couchage, de la nourriture et quelques étudiants. Au petit matin, un petit-déjeuner a même été préparé dans le hall d'accueil. L'objectif, c'est "d'alerter sur leur situation" selon Thomas, un participant.

"Tout le monde est saturé"

Finalement, après 24h d'occupation, le président de l'université demande aux étudiants de quitter les lieux. L'évacuation a lieu dans le calme. Mais Marie, membre du collectif, est en colère. "Le Département, les associations, tout le monde est saturé, de simples habitants se mobilisent pour accueillir ces migrants mais certains dorment dehors. Par ces températures, comment peut-on les laisser dans la rue ?"

D'autres occupations de fac en France

Ces derniers jours, des migrants ont été hébergés dans des locaux d'université à Lyon et Nantes. A Nantes, l'occupation se poursuivait ce jeudi soir.