Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Millésime 2013 : la plus petite récolte depuis 22 ans pour le vin de Bordeaux

lundi 2 décembre 2013 à 7:15 Par Noémie Bonnin, France Bleu Gironde

Selon les premières estimations, la récolte du millésime 2013 devrait être la plus faible depuis 1991. En cause : le printemps pluvieux et froid. Les raisins n'ont pas pu grossir comme il convient. Résultat : une production faible et des prix en hausse.

La récolte du millésime 2013 devrait être la plus faible depuis 1991.
La récolte du millésime 2013 devrait être la plus faible depuis 1991. © Radio France - Noémie Bonnin

Le problème tient en un mot : la météo. D'abord, la grêle : deux orages en plein milieu de l'été, qui touchent 22 000 hectares de l'Entre-deux-mers. Mais aussi et surtout, le printemps pourri. Vous vous en souvenez forcément ! Il a fait froid et il a beaucoup plu. Du coup les raisins ont été coupés dans leur croissance, des grains trop petits et pas assez nombreux. Résultat : le volume n'est pas là.

Une récolte si faible que ça ? 

De mémoire de viticulteurs, c'est du jamais vu. "On avait bien eu une année difficile en 1984. Mais ce n'était pas aussi désastreux ", explique par exemple Denis Chaussié, viticulteur au domaine du Cheval blanc, à Saint-Germain-de-Graves.

"Cette baisse de production, c'est énorme." — Denis Chaussié, viticulteur

"C'est énorme. Ça a un impact direct sur notre chiffre d'affaire. " La récolte de Denis Chaussié a été divisée par deux. "On bloque les investissement programmés, le renouvellement de matériel.

Denis Chaussié a vu sa récolte divisée par deux cette année.

Quelles conséquences ? 

Des investissements reportés, donc, mais à plus long terme, les viticulteurs risquent de subir longtemps les conséquences de cette récolte 2013. "On risque de perdre des marchés ", explique le directeur du service Vignes et Vins à la chambre d'agriculture de Gironde, Laurent Bernos. "Si le viticulteur ne peut pas honorer ses commandes, le client va se tourner vers d'autres fournisseurs. On mettra 10 ans à le faire revenir chez nous ."

"On risque de perdre des marchés." — Laurent Bernos, de la chambre d'agriculture

La filière toute entière va aussi subir les effets néfastes : moins de vin, c'est moins de bouteilles et de bouchons fabriqués.

Les conséquences de cette faible récolte sont multiples. Reportage France Bleu Gironde.

Va-t-on manquer de vin ? 

Avec la forte concurrence actuelle, le consommateur ne devrait pas manquer de bouteilles. Mais c'est sûr, il y aura moins de vin de Bordeaux. Et les prix devraient augmenter légèrement, surtout ceux du vin en vrac, vendu dans l'année. Les négociants ont déjà remarqué une hausse de 25 %. Mais les grandes surfaces font pression très fortement pour contenir cette augmentation. Pas de risque donc de voir complètement s'envoler les prix.