Économie – Social

Mobilisation contre la loi travail : ce qui nous attend à Pau et en Béarn

Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn mercredi 30 mars 2016 à 16:39

Manifestation contre la loi à Pau le 17 mars dernier
Manifestation contre la loi à Pau le 17 mars dernier © Radio France - Fanette Hourt

Une nouvelle journée d'action contre le projet de loi travail est prévue ce jeudi 31 mars. Les opposants à la loi El Khomri descendent à nouveau dans la rue pour demander le retrait du projet. Le point sur les perturbations prévues à Pau et en Béarn.

La grève contre la loi travail va entraîner pas mal de perturbations ce jeudi 31 mars.

Transports

A la SNCF, les syndicats CGT, Sud et FO ont appelé les agents à faire grève jeudi et à rejoindre les manifestations contre le projet de loi travail. Ils protestent également contre la réorganisation du travail prévue par la direction de la SNCF.

Trois TGV sur quatre seront sur les rails et 60% des TER Aquitaine, mais attention certains trains seront remplacés par des bus.

L'aéroport de Pau n'est pour l'instant pas en mesure de fournir des prévisions de trafic.

Sur le réseau Idélis, un bus sur cinq seulement sera en circulation, il n'y aura pas de navette Coxitis dans le centre-ville de Pau. Attention aussi à l'interruption du trafic entre 10h et 13h pendant le passage de la manifestation. Les lignes Scolaris fonctionnent elles normalement.

Ecoles

Dans les écoles, il n'y aura pas de cantine dans l'agglomération paloise, mais l'accueil du soir est assuré. Un service minimum d'accueil sera également mis en place dans certains établissements.

Même chose à Oloron, pas de cantine, mais la garderie sera ouverte le matin et le soir. Certaines écoles sont fermées (les maternelles : Légugnon, St Cricq et Prévet, élémentaire : Labaratte).

A Orthez, les enfants pourront déjeuner à la cantine, mais la mairie n'est pas en mesure de dire si les services périscolaires seront assurés.

Manifestation

A Pau, le rendez-vous partira à 10h30 de la place de Verdun, à l'appel des syndicats Solidaires, FSU, FO, CGT, de l'UNEF, des jeunes communistes et du MJS.