Économie – Social

Mobilisation des Ford Blanquefort à Bordeaux : "l'accord n'est pas respecté"

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde mardi 24 juin 2014 à 16:03

Une quarantaine de Ford Blanquefort se sont retrouvés devant la mairie de Bordeaux
Une quarantaine de Ford Blanquefort se sont retrouvés devant la mairie de Bordeaux © Radio France

CGT, Force Ouvrière et CFTC appelaient à manifester ce mardi matin devant la mairie de Bordeaux. Les Ford Blanquefort étaient une quarantaine à s'être mobilisés pour dénoncer un accord qui n'est pas respecté par la direction.

Les salariés de Ford Blanquefort manifestaient ce mardi matin à Bordeaux. Trois syndicats - CGT, FO et CFTC - appelaient à la mobilisation. Ils étaient une quarantaine réunis devant la mairie de Bordeaux et se sont rendus jusqu'à la Préfecture. En mairie et en Préfecture, une délégation a été reçue.

Les 1000 emplois ne sont pas assurés

Les salariés sont inquiets pour l'avenir des sites de l'usine GFT (Getrag Ford Transmission) et de l'usine FAI (Ford Aquitaine Industries). Les engagements pris par la direction ne seraient pas respectés. Les 1000 emplois ne sont pas assurés et la production n'est pas en augmentation. Quelques cheminots qui avaient fait grève la semaine dernière étaient également venus en soutien.

"Le mouvement ouvrier est très résigné. Les ouvriers se sont pris plein de coups dans la gueule. Même à Ford, où on a l'expérience d'une lutte gagnée, les collègues ont un sentiment d'impuissance. Il faut arriver à le combattre déjà parmi nous." — Philippe Poutou, délégué CGT

"Ras le bol du chômage partiel, de ne pas savoir ce que nous allons faire demain", en quelques mots les syndicats résument l'état d'esprit des troupes. Il y a un gros malaise face à une situation enkystée. Après avoir installé de nouvelles machines, Ford ne lance pas de vrai programme de production de boîtes à vitesse. Résultat, des équipes entières sont en chômage technique, pendant des semaines consécutives. Cette semaine, seul un quart des salariés travaille selon les syndicats. L'usine tourne au ralenti.

45 millions d'euros d'investissement public

Aucune garantie n'arrive à moyen terme. Les syndicats soulignent aussi que 45 millions d'euros d'argent public ont été dépensés ces trois dernières années pour permettre à l'usine de continuer à exister, que ce soit en exonération de taxes diverses, en allocation chômage ou en aides à la  formation. La production devait s'intensifier en 2013 , ça n'a pas été le cas. Même scénario sur le modèle de l'arlésienne, cette année.

Ce n'est pas un hasard si cette période de fin juin a été choisie pour essayer de faire monter la pression : juste avant les mois d'été et la fermeture annuelle de l'usine. Il s'agit de mesurer le niveau d'exaspération des salariés et de faire passer ce message : Ford Blanquefort ne pourra pas continuer éternellement à exister sans produire . Lors des mobilisations des années précédentes, 27.000 personnes avaient signé les pétitions de soutien.

"Les Girondins doivent être très attentifs et se manifester pour que Ford continue d'investir à Bordeaux"  — Marie-Thérèse Flipo, coordinatrice du comité de soutien aux Ford de Blanquefort.

"Les Girondins doivent être très attentifs et se manifester pour que Ford continue d'investir à Bordeaux"

Le site de la CGT-Ford
Une quarantaine de Ford Blanquefort se sont retrouvés devant la mairie de Bordeaux - Radio France
Une quarantaine de Ford Blanquefort se sont retrouvés devant la mairie de Bordeaux © Radio France - Xavier Ridon

"L'accord de l'année dernière n'est pas respecté"

Partager sur :