Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Mobilisation sur les retraites : moins nombreux mais toujours motivés à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Pour la 6ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites, près de 2.000 personnes ont défilé dans les rues d'Orléans ce jeudi matin. C'est nettement moins que les semaines précédentes. Mais, les syndicats refusent de parler d’essoufflement.

Panneau vu dans le cortège orléanais
Panneau vu dans le cortège orléanais © Radio France - Patricia Pourrez

Orléans, France

Pour la première fois depuis le début du conflit sur les retraites, ce sont les femmes qui étaient ce jeudi en tête du cortège à Orléans. Toutes habillées en bleu de travail, avec des gants de cuisine et un foulard sur la tête. "On veut attirer les femmes et les mères de famille dans ce combat. Contrairement à ce que dit le gouvernement, les femmes qui ont des carrières hachées et moins de promotions seront forcément perdantes avec la réforme des retraites" explique une militante de la FSU. 

Derrière la mise en scène des femmes, une délégation de cheminots des gares d'Orléans et des Aubrais."C'est vrai qu'on est moins nombreux et c'est bien normal après plus de 40 jours de grève. Mais, on est là quand même et on sera là jusqu'au bout" assure Marion Gazeaux de la CGT Cheminots. Dans le cortège aussi, des infirmiers, des  retraités, des enseignants et encore une grosse délégation d'avocats du barreau d'Orléans. " On est encore là cette semaine et même peut-être un peu plus nombreux que jeudi dernier" explique le bâtonnier d'Orléans, Maitre Hugues Leroy. " La ministre, Nicole Belloubet, nous a fait une proposition- intégrer notre caisse autonome au régime universel- c'est une première main tendue." Demain, la conférence des batonniers doit justement se réunir à Paris pour adopter une position commune sur la proposition du gouvernement. 

Trouver d'autres formes d'actions ? 

Pour les syndicats, rassembler ce jeudi encore  2.000 à 2.500 personnes dans les rues d'Orléans, c'est " le signe que le mouvement de s’essouffle pas". Maintenant, tous sont conscients qu'il faut trouver d'autres formes d'actions. " La retraite aux flambeaux mercredi soir à Orléans a plutôt bien fonctionné" explique Armelle, militante CGT. " Cela permet à des gens opposés à la réforme de venir manifester sans forcément prendre une journée entière et en plus c'est mieux vécu par la population et les commerçants". D'autres actions de ce type pourraient donc avoir lieu dans les prochains jours. Pour les syndicats, l'objectif est de tenir au moins jusqu'au vendredi 24 janvier, jour de présentation de la réforme en Conseil des Ministres. A Orléans, une nouvelle manifestation est déjà programmée pour samedi après midi, au départ du quartier Saint Marceau. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu