Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Mobilisation des routiers : la CGT veut "maintenir la pression", la CFDT prévoit une grève le 10 octobre

mardi 26 septembre 2017 à 7:32 - Mis à jour le mardi 26 septembre 2017 à 17:39 Par Géraldine Houdayer et Julien Baldacchino, France Bleu

Au deuxième jour de leur mobilisation contre la réforme du Code du travail, à l'appel des syndicats FO et CGT, les routiers ont mis en place de nouveaux barrages. La CFDT, jusque-là en retrait, appelle à la grève dès le 10 octobre.

Les routiers en grève ont tenté de bloquer la raffinerie de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône, ce mardi matin, comme ils l'avaient fait lundi.
Les routiers en grève ont tenté de bloquer la raffinerie de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône, ce mardi matin, comme ils l'avaient fait lundi. © Maxppp - Florian Launette

La grève reconductible des routiers, lancée lundi par les syndicats CGT et FO de la branche contre la réforme du Code du travail, se poursuit ce mardi matin. Des points de blocage sont été mis en place dans quelques villes, mais la mobilisation semble moins forte que lundi, où les blocages et barrages aux abords des raffineries n'ont tenu que quelques heures. Ce mardi, l'intersyndicale a à nouveau dénoncé une "très forte répression" policière, qui a fait échouer certaines tentatives de blocage. Dans certaines régions, les syndicats ont suspendu le mouvement. En fin de matinée, "l'approvisionnement des stations-service continue d'être assuré normalement", a précisé le ministère des Transports.

La CFDT prête à lancer un mouvement de grève

Mardi matin, les syndicats, reçus par le cabinet de la ministre Elisabeth Borne, se sont montrés déçus : "On n'a pas grand-chose. C'est bien, on prend nos doléances, ils vont regarder ce qu'il est possible de faire ou de ne pas faire mais on verra jeudi", a déclaré Patrice Clos (FO), avant une prochaine réunion avec la ministre et le patronat jeudi. "Si jeudi on n'obtient pas un certain nombre de réponses (...) on créera les conditions pour que l'ensemble des organisations syndicales mènent le conflit d'un point de vue frontal vis-à-vis du gouvernement", selon Jérôme Vérité de la CGT.

De son côté, la CFDT-Route, premier syndicat du transport routier, qui jusque-là n'avait pas appelé à la mobilisation, a prévenu qu'elle lancerait un mouvement de grève à partir du 10 octobre si les revendications syndicales ne sont pas satisfaites. Le syndicat propose la création d'un "observatoire ou une commission" pour empêcher les PME de mettre en place des accords moins favorables que les branches professionnelles.

Les blocages près de chez vous ce mardi

  • À Rouen, des routiers ont bloqué ce mardi matin le boulevard industriel à l’est de la ville, au lieu dit "le rond point des vaches". Ils ont été délogés du barrage par les forces de l'ordre vers 7h45.
  • À Caen, une trentaine de grévistes ont filtré en début de matinée les entrées et sorties du dépôt de carburant de Mondeville, à l'est de la ville. Les camions sont ralentis.
  • Près de Nantes, les routiers ont mis en place un barrage au rond-point des Bornes, à Sainte-Luce-sur-Loire, l'une des entrées de la ville. Ils bloquent les camions, et la circulation est perturbée. "On relâche les camions toutes les heures", a déclaré Pascal Bodin, du syndicat FO.
  • À Rennes, une soixantaine de routiers ont bloqué un dépôt de bus à La Plaine de Baud. Aucun bus n'a pu sortir du dépôt pendant tout le début de la matinée. Le blocage a été levé vers 9h.
  • Près de Lens, une base logistique a été bloquée tôt ce mardi matin. Un barrage filtrant a ensuite été installé au péage de Saint-Omer sur l'A26.
  • Dans les Bouches-du-Rhône, après une action à La Mède près de Martigues, les routiers ont installé des barrages mobiles sur les routes, notamment à proximité d'une raffinerie située à Martigues.
  • À La Rochelle, une quinzaine de grévistes a distribué des tracts sur le port de la ville, au niveau du dépôt pétrolier. Les grévistes voulaient bloquer les dépôts pétroliers, mais les forces de l'ordre les en ont empêché. Les grévistes ont finalement décidé d'arrêter le mouvement en attendant la réunion de ce jeudi au ministère des Transports, ont indiqué les syndicats.

Pas de pénurie de carburant, assure le gouvernement

Le ministère des Transports affirme, ce mardi, que la situation du côté des transports et de l'approvisionnement en carburant est "à nouveau normale" ce mardi matin. "La quasi-totalité des dépôts de carburants est libre d’accès. L’approvisionnement des stations-service continue d’être assuré normalement", précise le ministère. Lundi, le groupe Total a annoncé que seules 2% de ses 2.200 stations étaient en rupture de stock.

Les routiers reçus au ministère des Transports ce mardi

La ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé qu'une réunion entre le patronat et les syndicats des transports routiers serait organisée par le gouvernement ce jeudi. Il y sera notamment question de trouver des solutions contre "le dumping social et la concurrence déloyale", alors que la directive européenne sur le détachement est en cours de renégociation.