Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moins de défaillances d'entreprises mais plus de liquidations en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Il y a moins de défaillances d'entreprises en Sarthe, mais les liquidations sont en hausse.

Le site de Mecachrome, à Vibraye, doit fermer.
Le site de Mecachrome, à Vibraye, doit fermer. © Radio France - Ruddy Guilmin

Les entreprises sarthoises tiennent-elles mieux le choc de la crise économique que prévu ? "Oui",  selon le préfet Patrick Dallennes, qui assure que les aides du gouvernement ont été efficaces. 

440 millions d'euros de prêts garantis par l'Etat, 120 millions d'euros de chômage partiel dans notre département. 

Une efficacité des mesures en trompe-l'oeil ? 

"Ces mesures ont été efficaces, nous constatons 30 % de défaillances d'entreprises en moins par rapport à l'année dernière", commence Bernard Godret, le président du tribunal de commerce du Mans. 

"Toutefois, cela ne signifie pas que tout va bien dans le meilleur des mondes, car parmi ces défaillances d'entreprises, il y a bien plus de liquidation pure et simple que d'habitude", continue-t-il. 

Plus de liquidations 

"On est à 80% de liquidations directes, alors que normalement c'est 50% de liquidations, 50% de redressement." "Cela signifie que les entreprises attendent la dernière heure pour venir devant le tribunal, et qu'il n'y a plus rien à faire, or, dans le cas d'un redressement, on peut encore sauver des emplois", analyse Bernard Godret. 

Le président du tribunal de commerce du Mans voit aussi d'autres signaux faibles qui lui font peindre un tableau plus sombre. 

Des signaux faibles inquiétants 

"_Nous avons tout un tas de signaux qui permettent de déceler la bonne forme ou non des entreprises, ils sont quantifiable_s", explique Bernard Godret.

"L'année dernière nous étions à 2600 entreprises en moyenne sur l'année qui affichaient un de ces facteurs de fragilité, aujourd’hui nous sommes à 3900, c'est 50% de progression", détaille-t-il. a 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess