Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

"Moins j'achète, mieux je me porte" : à Metz, un premier samedi de soldes pas comme les autres

Par

Il n'y a pas foule pour ce premier samedi des soldes. Retardées de trois semaines à cause de l'épidémie, les réductions estivales ne provoquent pas l’effervescence habituelle. Dans les rues de Metz, les affaires semblent intéressantes mais les clients ne se pressent pas vraiment pour en profiter.

A Metz, il n'est pas rare de croiser des réductions à -50, -60 voire -70%, à seulement quelques jours du début des soldes A Metz, il n'est pas rare de croiser des réductions à -50, -60 voire -70%, à seulement quelques jours du début des soldes
A Metz, il n'est pas rare de croiser des réductions à -50, -60 voire -70%, à seulement quelques jours du début des soldes © Radio France - Lucas Valdenaire

On pourrait croire à un samedi ordinaire. Dans les rues commerçantes du centre-ville de Metz, il y a un peu de monde mais pas trop : ni cohue, ni file d'attente. "Il y a nettement moins de monde que d'habitude, il n'y a pas cette frénésie du premier samedi des soldes," s'étonne cette dame venue achetée une robe à moins 30%.

Publicité
Logo France Bleu

"Je ne suis pas là pour acheter des choses inutiles"

Les soldes ont débuté il y a trois jours, un 15 juillet, en pleins congés d'été. En effet, les rabais ont été décalés de trois semaines pour laisser le temps aux commerçants de liquider les stocks accumulés pendant le confinement. "C'est étonnant de voir si peu de monde mais les gens sont déjà partis en vacances, explique Chloé. Et puis avec le Covid, les gens évitent de trop sortir. Moi, par exemple, c'était des soldes de nécessité pour des hauts d'été que je n'avais plus. Je ne suis pas là pour acheter des choses inutiles. Moins j'achète, mieux je me porte."

"D'habitude j'en profite un peu plus, reconnaît Suzie venue avec sa maman Josiane. C'est vrai que là, on y va un peu plus timidement. Après le Covid, on retrouve le chemin des commerces petit à petit. C'est par rapport à ce qu'on a vécu. On ne se projette pas encore suffisamment."

"Certaines clientes ont peur"

Pourtant, les commerces veulent rassurer en adoptant les mesures sanitaires nécessaires. Rue Serpenoise, la quasi-totalité des boutiques disposent d'un flacon de gel hydro-alcoolique à l'entrée et de flèches au sol pour éviter les contacts. "Les gens ont peur, admet Stéphanie sous son masque, la responsable d'un magasin de vêtements. Certaines de nos clientes ne sont toujours pas revenues depuis le déconfinement. Et elles nous le disent clairement : ce n'est pas tant le magasin, mais le fait de sortir, de prendre les transports en commun."

Moins de clients pendant les soldes ? Philippe s'y attendait. C'est pourquoi le vendeur de chaussures a préféré prendre les devants. "Evidemment, on avait anticipé la baisse de trafic. Alors, on a fait des ventes privées un peu plus importantes que d'habitude juste avant. On fait ce qu'on peut pour compenser".

Enfin, pour espérer attirer du monde dès le début des soldes, les réductions affichées sont déjà très importantes. Il n'est pas rare de croiser des rabais à moins 50 voire moins 70% dans certains magasins messins. Les soldes se terminent dans un peu plus de trois semaines : le mardi 11 août. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu