Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Moncommerce64.fr" : la vente en ligne pour les petits commerçants des Pyrénées-Atlantiques

-
Par , France Bleu Pays Basque

"Moncommerce64.fr" est une plateforme lancée ce décembre par le conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, destiné aux commerçants du territoire et se veut un "Amazon local" pour acheter en ligne les produits et bénéficier des services, au Pays basque comme en Béarn.

Chaque commerçant désireux de vendre ses produits ou services (via réservation) peut s’inscrire sur moncommerce64.fr vers le 8 décembre
Chaque commerçant désireux de vendre ses produits ou services (via réservation) peut s’inscrire sur moncommerce64.fr vers le 8 décembre © Maxppp - Noemie Repetto/Grégory Yetchmeniza/Tim Somerset

"C'est le 'À ma zone' local" résume Isabelle Pargade, conseillère départementale et maire d'Hasparren pour expliquer le concept de "Moncommerce64.fr". Une plateforme numérique, lancée aux alentours du 8 décembre par le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques. Il y sera possible de faire vos achats sur internet, grâce à votre téléphone ou sur ordinateur, prendre vos rendez-vous (chez le coiffeur, en institut...) ou même demander un devis à des artisans dans tout le département.

Adapté aux smartphones avec panier et paiement unique, ce site internet va être mise en place avec la société partenaire bordelaise "Achetez à", choisie après un appel d’offres. Son utilisation sera gratuite et sans commission de vente pour les commerçants qui seront accompagnés d’une formation 100% locale. Un dispositif déjà en place dans les Ardennes, où "200 commerces se sont inscrits depuis le lancement, en septembre" explique Renaud Quintin, directeur de la société. 

Une dizaine de communes des PA a déjà dit "oui"

D’un côté, le client cherche par mot-clé, produit, marque, boutique ou zone géographique. De l’autre, le commerçant ne débourse rien. "Notre rémunération s’opère via 1 % de commission auprès de notre partenaire bancaire, lors des transactions", signale Renaud Quintin. 

Des communes telles Anglet ou Bayonne disposent déjà de leurs propres places de marché. Pour Jean-Jacques Lasserre, le président du Conseil départemental, il y a de la place pour tout le monde : "Nous ne sommes pas en concurrence." L’idée est de soutenir le commerce de proximité et de participer à la revitalisation des centres bourgs, tout en encourageant la digitalisation des commerces.

Les maires doivent se convaincre de l’importance de ce dispositif et charger leurs équipes d’accompagner les commerçants" ─ Emmanuel Alzuri, maire de Bidart 

Ainsi à Hasparren, la maire Isabelle Pargade est conquise par ce site : "Les petits commerces sont victimes des grandes surfaces de la côte, à 20, 25 minutes d’Hasparren. Le dispositif du Département nous a semblé le plus pertinent." Dans ce cadre là, la ville a dû se mobiliser pour aider les commerçants à s'approprier la plateforme. "Nous avons mis en place un animateur, et deux agents municipaux. Il s’agit de rassurer les commerçants et de leur dire : si vous avez une boutique et que vous n’avez pas le temps de prendre en photo vos articles, nous sommes là pour le faire à votre place."

Soutenir le commerce de proximité

Le maire de Saint-Jean-Pied-Port, Laurent Inchauspé, ajoute. "C’est la première bonne nouvelle depuis le premier confinement. Quand des pays comme le Royaume-Uni affichent 40 à 50 % de commerces numérisés, nous stagnons entre 5 et 10%, voire moins. L’accélération de la digitalisation des petits commerces ne peut avoir qu’un effet positif." L'édile imagine même "associer les restaurateurs à cette démarche dans un second temps."

Dès janvier, les deux secteurs d’activité, celui de la valorisation du fromage d’estive et celui de l’artisanat d’art seront accompagnés pour rejoindre le dispositif. Le département y consacre 120.000 euros pour les quatre prochaines années

Choix de la station

À venir dansDanssecondess