Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Mons-en-Baroeul cet été, des jeunes créent et gèrent leur entreprise...à 15

lundi 24 juillet 2017 à 6:00 Par Camille Marigaux, France Bleu Nord

A Mons-en-Barœul, dans le Nord, 15 jeunes gèrent ensemble leur propre entreprise le temps d'un été : c'est la seule Coopérative jeunesse et services (CJS) du Nord. Une manière d'appréhender autrement le monde de l'entreprise mais aussi de découvrir une facette de l'économie sociale et solidaire.

La préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du nord Sophie Elizéon a visité l'unique CJS du Nord à Mons en Baroeul.
La préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du nord Sophie Elizéon a visité l'unique CJS du Nord à Mons en Baroeul. © Radio France - Camille Marigaux

Mons-en-Barœul, France

Cet été, Angelina ne prend pas de vacances, n'a pas de stage ni de job d'été, et pourtant elle ne se tourne pas les pouces : elle a rejoint les 14 autres jeunes de 16 à 18 ans de Mons-en-Barœul qui gèrent ensemble leur entreprise. Mercredi, la préfète déléguée pour l'égalité des chances auprès du préfet du Nord Sophie Elizéon a visité l'unique CJS du Nord, à Mons-en-Barœul. "Ça fait du bien de voir leur enthousiasme" a t-elle confié à l'issue de cette rencontre "petit-déjeuner".

Services à la personne, communication, projets écolos, etc : ils travaillent donc dans plusieurs domaines pendant deux mois, et sont bien sûr payés par des clients qu'ils doivent aussi démarcher. Depuis le début du projet, les jeunes entrepreneurs ont sur le papier 3000 euros de devis. Parmi les clients, AG2R la Mondiale, situé sur la commune.

Découverte de l'entreprise... et de la coopérative

Une entreprise organisée en coopérative, ce qui veut dire que tout fonctionne sur le partenariat et le collectif. Ce qu'Angelina n'imaginait même pas, avant de faire l'expérience de la CJS. "Je pensais vraiment que ça allait être le bazar... et en fait tout se passe très bien !"

Des devis, aux contrats en passant par le mode de rémunération, tout est décidé de façon démocratique. "Pour savoir comment on allait répartir l'argent gagné cet été, il y a eu deux propositions : de façon équitable, en fonction du nombre de semaines passées à travailler pour l'entreprise, ou égalitaire, c'est à dire tout le monde touche pareil. C'est la première qui a été choisie à l'unanimité", explique Angelica.

Un concept venu du Québec

Le modèle vient tout droit du Québec, où les coopératives jeunesse de services existent depuis une trentaine d'années déjà. Dans les Hauts-de-France, le projet est coordonné par la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS), le Comité régional des associations de jeunesse et d'éducation populaire (CRAJEP), l’Union régionale des sociétés coopératives et participatives (URSCOP) Nord-Pas de Calais-Picardie et la coopérative d'activité et d'emploi Grands Ensembles.

Dans les Hauts-de-France il existe cinq CJS : Mons-en-Barœul, Saint-Omer, Etaples, Bruay-la-Buissière, et Bohain-en-Vermandois dans l'Aisne.