Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mont-de-Marsan : des coiffeurs inquiets d'un possible reconfinement

-
Par , France Bleu Gascogne

L’hypothèse d’un reconfinement ne semble plus irréaliste. Emmanuel Macron s'exprimera ce mercredi 28 octobre à 20h. Le scénario inquiète les commerçants et parmi eux, les coiffeurs. Les professionnels montois que nous avons rencontrés craignent de ne pas survivre à un second confinement.

L'hypothèse d'un reconfinement inquiète les deux gérants de ce salon de coiffure montois
L'hypothèse d'un reconfinement inquiète les deux gérants de ce salon de coiffure montois © Radio France - Leïla Benjelloun

Jacqueline, la co-gérante de Michel Coiffure à Mont-de-Marsan, prend l’hypothèse d’un reconfinement très au sérieux. Cependant, pour la coiffeuse, il parait impossible qu'il dure aussi longtemps qu’au printemps dernier : « Je ne pense pas que l’on parte sur 6 ou 8 semaines mais par petites doses homéopathiques, c’est quasiment sûr. Ça va être difficile mais je peux comprendre que c’est la seule solution que l’on ait puisqu’on dépend des hôpitaux. S’il y a un gros arrivage de patients, le système ne pourra pas suivre ». Le salon de Jacqueline et Bruno, son associé, a réussi à survivre au confinement du printemps. Les deux gérants ont eu recours au dispositif de chômage partiel pour leurs trois employés, ils ont également contracté un prêt garanti par l’Etat. « On a réussi à sauver les meubles. On avait une trésorerie saine donc ça a été mais les fonds ne sont pas inépuisables… C’est passé une fois, deux fois, ce n’est pas sûr que ça passe » s’inquiète Bruno. 

Un confinement en novembre plus supportable qu'en décembre

La question de la survie de son salon de coiffure, Régis Cassagnabère, qui tient News coiffure, se la pose aussi. L’artisan landais a, lui aussi, réussi à sauver son entreprise au moment du déconfinement mais une nouvelle fermeture administrative pourrait être fatale. Tout dépend, confie-t-il, de la durée et surtout de la période : « Ça dépend comment il va se positionner. Les deux périodes les plus creuses pour nous, sont les mois de novembre et janvier. Le mois de décembre c’est le plus gros mois d’activité. Si on a un confinement sur la période du mois de décembre, ça va entraîner énormément de fermeture, ça s’est sûr. Si c’est sur le mois de novembre, ce sera peut-être supportable pour certaines entreprises. » 

Cindy Godin craint de perdre son nouvel emloi, après avoir perdu son salon de coiffure après le déconfinement
Cindy Godin craint de perdre son nouvel emloi, après avoir perdu son salon de coiffure après le déconfinement © Radio France - Leïla Benjelloun

Cindy Godin est une victime du confinement. Elle a fermé son salon de coiffure du quartier Saint-Jean-d’Août à Mont-de-Marsan, le 24 septembre. « On a repris le 11 mai, ça a été très compliqué. Au mois de septembre, toutes les charges sont tombées puisque tout était décalé mais pas exonéré. Petite structure, peu de trésorerie. Il aurait fallu faire un crédit mais on avait déjà un crédit en cours qui nous avait servi à financer des travaux. » Les deux mois de confinement ont représenté 15 à 20 000 euros de perte de chiffre d’affaire pour le salon de coiffure de Cindy et de son associée qui ont reçu 3000 euros d’aides de l’Etat. Malgré des semaines de 70 heures après le déconfinement, les deux jeunes femmes ont été contraintes de fermer leur entreprise. Aujourd’hui, Cindy a retrouvé du travail dans un salon de l’hyper-centre montois, Linea Coiffure. Le reconfinement l’inquiète énormément : « J’ai déjà perdu un travail à cause de ça, si on doit être reconfinés et qu’il y a moins d’activité, potentiellement, il y aura moins de salariés. » 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess