Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Montbéliard : le malaise des conducteurs de bus d'Evolity perdure, la grève aussi

Les chauffeurs du réseau Evolity dans le Pays de Montbéliard sont appelés à cesser le travail pendant une heure ce vendredi après-midi, comme ils l'ont fait lundi matin. Ils dénoncent les cadences du nouveau réseau : temps de pause et amplitude. Les négociations avancent, mais pas suffisamment.

Le pole d'échange des bus de Montbéliard sous l’œil du château
Le pole d'échange des bus de Montbéliard sous l’œil du château © Radio France - Christophe Beck

Montbéliard

Le malaise est loin d'être dissipé chez les chauffeurs du réseau de bus Evolity à Montbéliard. La grève perlée entamée ce lundi matin est reconduite ce vendredi, avec une heure d'arrêt de travail à l'heure de pointe de fin de journée entre 16h40 et 17h39. 

Un arrêt de travail est déjà programmé pour lundi prochain de 7h00 à 7h59.  En cause, les conditions de travail qui se seraient détériorées, depuis la mise en place du réseau Evolity. Avec des temps de pauses qui se réduisent et une amplitude de travail de la journée de plus en plus large. 

"On a de plus en plus de collègues qui tombent, à cause de ces journées à rallonge. Plusieurs collègues ont préféré quitter la société en raison de ces conditions de travail. En 28 ans de métier je n'ai jamais vu ça." explique Philippe Borriellot, délégué CFDT.  

Lundi dernier, le nombre de gréviste était évalué à 45 % des 145 conducteurs. Ces grévistes saluent les propositions de la direction, mais déplorent l'absence d'engagement écrit.  D'où la poursuite de la grève. 

"Sur l'organisation du travail, nous avons trouvé un accord sur un nouveau système. Sur les cadences tendues sur la ligne 3, nous rajouterons un conducteur pour soulager ceux qui pourraient accumuler, malgré eux, des retards", explique Grégory Carmona, le directeur général de Moventis Pays de Montbéliard.