Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Montélimar : cinq employés d'Amazon soutenant les gilets jaunes convoqués pour des entretiens disciplinaires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Cinq employés du site d'Amazon de Montélimar (Drôme) ont reçu au mois de décembre une convocation pour un entretien disciplinaire. Les syndicats craignent des licenciements suite à un soutien aux gilets jaunes, comme cela s'est déjà produit dans le Nord.

Les gilets jaunes ont bloqué le site d'Amazon plusieurs fois depuis le début du mouvement.
Les gilets jaunes ont bloqué le site d'Amazon plusieurs fois depuis le début du mouvement. © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Montélimar, France

Cinq employés du site d'Amazon de Montélimar (Drôme) ont reçu au mois de décembre une lettre dont ils se seraient bien passés. Une convocation pour un entretien préalable à une éventuelle sanction disciplinaire. Leur point commun : ils ont tous posté des messages de soutien aux gilets jaunes sur leur page Facebook. Les syndicats craignent des procédures disciplinaires lourdes car déjà, fin décembre, un employé de l'entreprise a été licencié pour faute grave dans le Nord suite à des faits similaires. 

Obligation de loyauté

La lettre de licenciement reçue par l'employé d'Amazon sur le site de Lauwin-Planque, dans le Nord, ne laisse aucune place au doute. C'est bien pour avoir appelé les gilets jaunes à bloquer l'entrepôt de sa société que l'homme a été débarqué. Le courrier mentionne un manquement grave aux "obligations de loyauté" de l'employé. Une raison "complètement valable", selon une spécialiste du droit du travail. En effet, à partir du moment où l'on signe un contrat de travail on doit loyauté à l'entreprise. À l'inverse, l'homme a notifié sa volonté d'empêcher l'entreprise de fonctionner par cet appel au blocage. Néanmoins retenir une faute grave pour de tels faits n'est pas courant, selon cette même juriste.

Amazon Montélimar bloqué plusieurs fois 

Le site d'Amazon à Montélimar a été bloqué par des gilets jaunes dès le 22 novembre (voir vidéo ci-dessous) et plusieurs fois ensuite. La zone logistique a été l'une des cibles récurrentes du mouvement dans la Drôme, les manifestants ont empêché la circulation des camions de livraison, reprochant notamment à l'entreprise de ne pas payer suffisamment d'impôts en France.

Pour l'instant, pas de sanctions

À Montélimar pour le moment, pas de sanctions, mais déjà deux entretiens disciplinaires ont eu lieu et à chaque fois on a reproché aux employés "des messages postés sur les réseaux sociaux", selon le délégué CFDT de l'entreprise, Julien Vincent. Les syndicats promettent des actions fortes si des licenciements sont prononcés. L'entreprise elle, indique simplement que "chacun de nos salariés est libre d’y participer ou d’exprimer son soutien, dans le respect de ses obligations contractuelles". Deux autres employés doivent encore passer leur entretien disciplinaire, la cinquième l'a manqué, elle était en vacances et n'avait pas reçu le courrier à temps. Selon les syndicats la politique de licenciement des employés non loyaux est totalement assumée par la direction de l'entreprise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu